22 octobre 2007

Tomber de rideau

Vendredi soir, je suis allée au théâtre. En réalité, je devais travailler, mais étant donné que l'ensemble de ma journée s'était déroulée à l'inverse de mes plans, j'ai fait une entorse supplémentaire à mes prévisions lorsqu'on m'a gracieusement et gentiment offert une place. La pièce étant mauvaise et mal interprétée, j'ai relativisé la générosité de cette offrande à la sortie de la représentation.

Je vais rarement au théâtre, et je me suis rappelée pourquoi. Je trouve la programmation généralement assez navrante : entre du théâtre de boulevard battu et rebattu, des grands classiques vus et revus, et du théâtre ultra-contemporain où "moins tu comprends, mieux c'est", j'ai du mal à me motiver. A moins de se tenir très au courant de ce qui se passe (au risque d'ailleurs de tomber dans le travers 3), il est à mes yeux très difficile de bien tomber.

A ce problème de départ s'ajoute ma consternation face à la médiocrité générale de la prestation des comédiens. Je sais que je ne vais pas me faire que des amis en disant cela. Je sais que c'est un métier difficile et parfois ingrat. Mais raison de plus : si les places sur scène sont chères (pour les comédiens, je ne parle pas encore en spectatrice), ceux qui les occupent devraient être d'autant meilleurs ! Or souvent, j'ai l'impression d'assister à un mauvais spectacle de fin d'année, avec des monologues débités sans vie et des dialogues articulés à l'extrême. Mais bon Dieu, ce n'est quand même pas infaisable de réciter sans déclamer ni ânonner comme on débite des déclinaisons latines !

Je suis donc le plus souvent déçue. Evidemment, ce n'est pas le cas lorsque je vais voir Huppert au théâtre de l'Odéon. Et comme je suis un mouton, je ne suis alors pas la seule à accourir. En revanche, la salle où j'ai passé ma soirée de vendredi était aux trois quarts vide. Matérialisation de la "crise du monde de la culture" dirons les uns. Conséquence logique d'un mauvais spectacle, selon moi.

Jusque là, je n'ai rien découvert vendredi dernier. En revanche, j'ai été surprise par le public... pour le moins dissipé. Peut-être était-ce lié à la piètre qualité de la pièce, mais je n'en suis même pas certaine. Les gens arrivaient en retard, se levaient, changeaient de place, partaient pisser (en faisant 3 fois le tour de la salle pour trouver les toilettes), parlaient, trituraient des sachets en plastique. Ils ont confondu cinéma et théâtre ou quoi ? Je n'excuse pas plus le manque de respect des amateurs de salles obscures, mais au moins, ils n'offensent pas les acteurs qui ne les voient pas. J'en suis restée bouche-bée.

Cerise sur le sundae : je pense que le directeur de cette merveilleuse salle de théâtre fait des économies de chauffage, ou qu'il compte en vain sur la chaleur humaine pour chauffer. La salle était glaciale, ce qui ne favorisait pas l'enthousiasme. Mon angine se réjouit quant à elle d'y avoir trouvé un terrain propice pour se développer et être désormais au mieux de sa forme. Nan vraiment, une formidable soirée !

12 commentaires:

Ardalia a dit…

Eh ben ma pauvre poulette! Tu vas encore te groguer...

Silphi a dit…

Hum, j'espère, à minima, que la compagnie était agréable et à su se faire pardonner un si mauvais traitement :)

Pascal a dit…

Je crois que je vais bien plus souvent au théatre qu'au cinéma... Je suis rarement déçu, mais c'est vrai que je vais presque exclusivement voir des grands classiques. Certes ils sont vus et revus, mais au moins ce sont des valeurs sûres !

Mademoiselle Coco a dit…

Ardalia > ouhou, c'est ce que j'ai fait dimanche soir (tu penses bien, l'occasion était trop belle). Et j'avais mis tellement de rhum que j'étais complètement assomée, je me suis endormie comme une pochtronne, la grande classe ;-)

Silphi > pour mettre fin aux rumeurs de débauche post-théâtrale, compagnie parentale (qui ne m'a même pas offert le billet, c'est une nana devant le théâtre qui me l'a mis dans les mains !)

Pascal > revoir Dom Juan ou Huis Clos m'ennuie profondément... Et lorsqu'un grand classique est mal joué, je crois que c'est pire que tout. Contrairement à toi, je vais plus souvent au cinéma qu'au théâtre, et je ne suis que très très rarement déçue. En fait, le mieux, c'est quand je laisse des experts choisir pour moi !

marine a dit…

Ma prépa m'a conseillée d'aller au théâtre, mais quand je lis, ça n'arrange pas ma motivation déjà faible :s

émi a dit…

La plupart du temps, perso, chuis allée voir des pièces de théâtre pour enfants que montait une compagnie dont les membres sont des amis de mes parents...

Quand je dis "pour enfants", à vrai dire, j'ai toujours été pantoise que ça ne soit pas réservé à un public d'adultes... Non pas parce que c'était violent ou que sais-je mais pour la créativité, l'ingéniosité du scénariste et metteur en scène, pour les pendants philosophiques et les interrogations morales que posent la plupart de ses spectacles.

Tout ça pour des 6 - 15 ans (en comptant large).

C'est pas que les petits ne pourraient pas y assister... C'est que les grands aussi le devraient!


Alors j'me dis que question théâtre, la logique hein...

charlotte a dit…

c'est drôle que tu parles de huis clos parce justement, la mise en scène de michel raskine (actuellement au théâtre des abbesses donc) est, j'ai trouvé, excellente. et les acteurs, très bons
j'avais moi aussi depuis quelque temps un peu la flemme d'aller au théâtre (tellement de mauvais souvenirs, de baillements, de crampes à force de rester assise à m'ennuyer...), mais j'ai finalement été voir huis clos mardi dernier et j'en suis ressortie très contente, et réconciliée avec le théâtre !

TheCélinette a dit…

J'ai toujours eu la chance de voir de belles pièces de théâtre. Hormis une pièce de Laurent Ruquier où je me suis demandé comment on pouvait décemment programmer une telle platitude (je n'y avais trouvé vraiment aucun intérêt).

Denys a dit…

Du sang, du sang, du sang! Des noms, des noms, des noms!
Tu es trop gentille, pourquoi nous dissimuler l'identité des vilains qui ont commis cette pièce atroce et t'ont replongé dans la maladie?! Tu te prives du premier plaisir du critique, celui de jeter à la vindicte populaire ceux qui lui ont bousillé sa soirée ;-)
Perso j'aime assez le théâtre, même si ces derniers temps j'en ai été bien sevré (allez savoir pourquoi!), mais ma dernière pièce, L'éventail de Lady Windermere , de Wilde, a été une vraie déception autant de par le jeu des acteurs que le texte en lui-même, très décevant, à part quelques saillies très wildiennes ("un cynique est quelqu'un qui connaît le prix de chaque chose et la valeur d'aucune", très connu mais toujours sympa à réentendre).
Mais en général, j'ai plutôt eu de bonnes expériences, et j'attends avec impatience d'avoir à nouveau du temps pour m'y rendre régulièrement.

Mademoiselle Coco a dit…

Marine > ma prépa aussi m'a conseillé d'aller au théâtre. Tu vois le résultat ;-)

Emi > je trouve les spectacles pour enfants souvent bien plus intéressants que ceux pour adultes ! Peut-être parce qu'ils sont finalement le public le plus intransigeant ?

Charlotte > oui, il paraît que c'est très bon. Mais revoir Huis Clos , je n'arrive même pas à avoir envie...

TheCélinette > exactement le genre de pièces auxquelles je pense en parlant du théâtre de boulevard. Courteline est out, mais les Pénélope pleureuses et autres "homos qui préfèrent les bondes" l'ont remplacé !

Denys > sur ma gentillesse, je te renvoie à mon autre commentaire ;-) Je pense d'ailleurs avoir déjà trop prouvé ici à quel point je pouvais être lapidaire. Hum...

Anonyme a dit…

Mademoiselle Coco,
vous êtes bien négative...il faut comme pour el cinéma faire un effort dans le choix. La dernière pièce que j'ai vu était excellement interprétée, bien écrite et ne faisant partie d'aucune de vos catégorie : Les mmots et la chose....ahhh la voix de Marielle, quel bonheur
c'est ici

Mademoiselle Coco a dit…

Anonyme > merci pour cette indication. Je ne dis pas qu'il est impossible de bien tomber (j'ai assisté à des pièces superbes, comme je l'indique). J'estime en revanche qu'il est réellement difficile d'être certain de bien tomber ! Pourtant, je ne rentre pas dans le premier théâtre venu, promis !