16 août 2007

Et ils gouvernent le monde...

Le jour est grave : le King est mort depuis 30 ans aujourd'hui même. J'en vois qui ricanent au fond, et je ne dirais pas mieux que Baba : "Je vous demande de vous arrêter". Je sais que ça fait moyennement "up market" comme aveu, mais voilà, parmi tous mes goûts musicaux limite, Elvis Presley est un incontournable. En même temps, je ne peux pas dire que je sois vraiment triste qu'il soit mort, étant donné que je n'aime que les chansons de ses débuts.

Les Américains aiment aussi beaucoup Elvis. J'ai entendu que grâce à lui et à son service militaire en Allemagne, les Etats-Unis avaient évité une vague massive - que dis-je ! un tsunami - de désertions à la fin des années 50. Ca, c'est juste histoire de situer de façon elliptique le mythe Elvis dans l'histoire américaine contemporaine.

Hier, j'ai aussi lu que 17% des Américains croyaient que le King n'était pas mort. Dans un autre article, le chiffre est de 7%. On va donc dire 10% pour faire une moyenne pondérée.

Les Américains sont de grands fans des histoires de complot. Dans L'Obsession du complot, Frédéric Charpier montre que les théories du complot "sont le triste révélateur du délitement des sociétés qui ne savent plus faire la part entre la fiction et la réalité : elles ont renoncé à l'esprit critique pour le fantasme et l'irrationnalité". En cours de "Religion(s) in America", mon prof nous avait expliqué l'origine quasi-théologique de cette fascination américaine pour le complot, mais humhum, je ne m'en rappelle plus.

Donc 10% selon mes estimations personnelles (absolument pas scientifiques) des Américains (ça fait quand même 30 millions de personnes) croient qu'Elvis est toujours vivant et se promène aux quatre coins du monde, incognito, sans rien dire à personne. "Pour vivre heureux, vivons cachés" serait devenu sa nouvelle maxime.

Sauf que parfois, Elvis, il craque et va se manger un hamburger dans un fast-food. C'est généralement dans ces lieux qu'il est aperçu régulièrement. Toujours en train de manger un hamburger, jamais des ailes de poulet ou des ribs. Cet article canadien rapporte les faits et les preuves plus ou moins farfelues avancées par les illuminés de la thèse du complot. Ca vaut la lecture (j'aime beaucoup la thèse de la réincarnation en oiseau ou celle de la poupée de cire).

Mais ne nous abandonnons pas là-dessus : grâce à Kenders, j'ai des lecteurs audio sur mon blog !! Plus un seul billet muet, désormais. La souffrance commence aujourd'hui...

free music


free music


-

10 commentaires:

Kenders a dit…

Ils sont fous ces Américiains... C'est vraiment fort, cette foi que les gens ont en Elvis, l'article m'a bien éclaté. 10%, c'est dingue.

C'est un peu la même avec Tupac Shakur, ils sont pleiade à croire qu'il est encore vivant quelque part, à chiller sous les cocotiers...

Mais même chez nous, on retrouve ce drole de phénomène. Combien de français sont encore certains que Sim est toujours en vie? On ne les compte plus.

Bel hommage au king en tout cas, en ce 30ème anniversaire de sa disparition (et non pas sa mort, hein, parce que mon oncle m'a dit l'avoir vu au burger king de pavalas les flots la semaine dernière)

Et bien joué pour les lecteurs audio, Mademoiselle, même si j'n'y suis pas pour grand chose ^^

Mademoiselle Coco a dit…

Kenders > Je ne savais pas pour Tupac (qu'il était supposé être encore vivant). Lol pour Sim et ton oncle !

Ardalia a dit…

Ah ah! Même pas mal.

J'ai une version de "Love me tender" par Diane Dufresne qui a tendance à recoiffer façon Tina Turner, curieusement...

Denys a dit…

Pour moi (et hormis le fait que "jailhouse rock" est toujours une chouette occasion de me déhancher devant le miroir de la salle de bain avec mon déo dans les mains en guise de micro), Elvis reste associé à une curieuse anecdote d'enfance : mon prof d'art de 4è avait décidé de faire chanter en canon "Love me tender", en séparant filles et garçons, aigus et graves. Mais ce prof, au demeurant un brave homme d'ordinaire, a eu l'idée incroyablement malvenue de mettre du côté des filles les garçons qui n'avaient pas mué. Peut-on envisager plus humiliant pour des garçons de 4è? Il a écouté chacun chanter individuellement, puis il n'a rien trouvé de mieux à faire que de classer un seul et unique garçon, qui était déjà le souffre-douleur de la classe (ce n'était pas moi, je précise), parmi les filles. Bel exemple de sensibilité pédagogique. Je n'ai jamais trop fait partie des persécuteurs, cette idée me répugne au plus haut point, même si parfois, je l'avoue, par conformisme et lâcheté, je me joignais au gros des abrutis. Mais là, ça a été si abject que j'en avais mal pour le pauvre Brice.
Tout ça pour dire que quand j'entends "Love me tender", je me dis toujours que le King eût été bien avisé de la chanter avec une voix légèrement plus flûtée. Voilà

Denys a dit…

ah et puis ça y est, y a de la musique partout :-D!!! Ca devait durement te démanger, Mam'zelle...

Fab a dit…

Mais Coco vous avez perdu la raison!
Aujourd'hui c'est l'anniversaire de Madonna!!!!! Enfin, alors!

Mademoiselle Coco a dit…

Ardalia > welcome back !! Ca fait plaisir ;-) Diane Dufresne ? C'est bien celle qui chantait cette chanson horripilante "si j'étais un homme" non ? Ah non, ça c'est Diane Tell. Oh pivoine, faut que je me resaisisse...

Denys > tu sais, ça aurait fait un très bon billet de blog cette anecdote horrible ;-) (bon, ok, je te lâche). Quand je parle d'anecdote horrible, c'est celle de Love me tender hein, pas celle de Jailhouse rock ! Et puis oui, j'ai continué à mettre de la musique, mais pas partout encore. Un jour, peut-être.

Fab > 1000 excuses, mais Madonna et moi ne sommes pas les meilleures amies du monde. Oui, je sais, tu es triste et déçu. Mais ici, c'est la vie pas le paradis ;-)

Denys a dit…

Je fais ça avant de me coiffer.
Donc c'est aussi une anecdote HORRIBLE :-)

Mathilde a dit…

j'ai honte, mais... depuis que j'ai vu le film sur "elvis" qui met en vedette jonathan rhys-meyers, bombe entre les bombes, je n'arrive plus à imaginer elvis autrement qu'avec ses traits... pourtant j'adore elvis, mais mon amour pour jonathan n'a pas de loi, comme dirait l'autre :p.

ah, les jeunes de nos jours!

Mademoiselle Coco a dit…

Mathilde > bienvenue ! Je n'ai pas vu le film, mais je suis allée voir la tête du Jonathan en question et... hum, je te comprends ;-) (enfin seulement en version cheveux courts parce que la coupe de métalleux, bof bof).