25 septembre 2007

Une question existentielle, une !

Aujourd'hui, Ra7or, le blog viril des mecs super virils, nous fait une super révélation : les hommes préfèrent les bombasses aux filles "pas super belles mais sympas" (quand il s'agit de faire gouzi-gouzou hein, pas pour changer une roue crevée). Tout ça m'a fait penser à une question que je me pose presque tous les soirs en me démaquillant (en fait, non, pas du tout, mais elle le mériterait) : qu'est-ce qui fait que les hommes s'intéressent aux seins ?

Ne faites pas les innocents, on sait que la poitrine est l'une des premières (zavez vu comme je suis diplomate, je ne dis pas "la première") cibles visuelles de l'homme qui découvre une femme. Pourtant, il ne s'agit que d'un amas de tissu adipeux et de glandes mammaires. Ma question existentielle est donc : quand, dans l'histoire de l'humanité, la poitrine a-t-elle pris cette charge érotique dans l'inconscient masculin (et féminin, ne soyons pas étroit d'esprit) ?

Aujourd'hui, il semble absolument évident qu'un sein est chargé de sensualité. Sauf visiblement pour les femmes qui allaitent, qui n'hésitent pas à montrer au grand jour ce qu'elles se donnent tant de mal à dissimuler le reste du temps. Cela est un grand mystère pour moi : en quoi le fait qu'une bouche enfantine s'en approche fait d'un sein une chose publique tout à fait montrable, y compris à Grand-Père Georges, à qui on n'a même pas envie de se montrer en chaste nuisette le reste du temps ?

Bref, cela n'était qu'une légère digression, qui n'est pas totalement sans lien avec mon propos : le sein, s'il faut le rappeler, est avant tout une mamelle nourricière. Pourquoi celle-ci s'est-elle mise à faire fantasmer ? On pourrait y voir un instinct primaire - la mère, la nourriture, la satiété, la satisfaction.

Mais à ma connaissance justement, c'est tout sauf primaire. Cela me semble même le propre de l'Homme : vous avez déjà vu un taureau mater le pis d'une vache avec l'oeil torve ? Et les poules, qui n'ont pas de seins (enfin... je crois, mais je ne suis qu'une pauvre petite fille de la ville), continuent d'attirer suffisamment les coqs pour perpétuer leur lignée. Les mamelles n'ont donc aucune fonction érotique chez les autres espèces (si je me trompe, dites-le surtout).

Je n'ai lu ni l'Histoire de la sexualité de Foucault, ni les recherches de Muchembled sur l'orgasme occidental à travers les âges, ni l'Histoire du corps du fascinant Corbin. En bref, rien de ce qui me permettrait éventuellement d'éclaircir ce mystère de l'érotisation du sein.

Mais peut-être que ce n'est pas votre cas. Ou bien que vous avez une théorie révolutionnaire sur la question. Alors, c'est à vous. A votre avis : quand ? qui ? où ? comment ? pourquoi ? Aidez-moi à résoudre ce problème scientifique existentiel (en restant classe, hein mes biquets) !

(Si vous trouvez que je mets beaucoup de parenthèses, c'est vrai, vous avez raison. Je n'arrive pas à me raisonner. Je mettrais bien des notes de bas de page, mais je ne sais pas faire. Et les paresseux n'auraient pas le courage d'aller les lire, alors que ces apartés sont capitales ! Si ça vous perturbe trop, imaginez juste que je vous glisse discrètement à l'oreille ce qui est entre parenthèses. Ce n'est certes qu'un flux secondaire, mais ce sont les petits ruisseaux qui font les grandes rivières, n'est-ce pas ?)

30 commentaires:

Chroniqueuse Enfumée a dit…

M'est avis que les Hommes aiment ce qu'on leur cache... Ils aiment l'été et les jupes courtes car le reste de l'année nous cachons nos jambes, ils aiment nos seins car contrairement à nos bras nous ne les exhibons pas... On aime l'interdit. Un de mes exs était complètement fou des nombrils.
Et puis qui n'aimerait pas un endroit doux et confortable pour poser sa tête ? Moi j'aime les (légères) bedaines... Rires

Ardalia a dit…

Lu, je ne sais plus où, une théorie à ce propos. A noter, tout d'abord, que le sein de la mammifère bipède est le seul et unique (quoique) à être noyé de cellules graisseuses, comme tu le soulignes si bien. A tel point que cette disproportion GENE la tétée (tonton Georges ou pas), car le bébé doit quasi se décrocher la mâchoire, contrairement à un petit chimpanzé qui peut tétouiller relax une loloche laiteuse mais molle et flasque : youpi!
La théorie est que la sélection naturelle a favorisé les femelles à mamelles grasses, car ceci rappelait sa croupe (de la femelle) au mâle imaginatif.
Si tu trouves que c'est tiré par les poils demande-toi pourquoi le rouge à lèvre est le cosmétique le plus utilisé.
Ben je trouve que cette théorie (de mec) elle paaaaas con du tout!
J'ajoute que pour une fois que j'avais pris mon bromure, c'est toi qui m'obliges à parler des choses seskuelles.

Marie a dit…

je suis d'une nature extrêment pudique... et j'ai allaité ma fille pendant 6 mois... sans trop en montrer non plus, mais je l'ai allaité en public (en toute discrétion)...
donc pour essayer de t'expliquer vaguement ce qui s'est passé dans ma tête:
Quand j'étais enceinte et plus que ronde, je ne supportais pas les regards d'homme sur moi, je me sentais comme "non-seskuelles" puisqu'en enceinte... et puis quand j'ai allaité ma poitrine n'avait qu'une seule fonction: nourir ma fille, pas de conotation seskuelle dans mon esprit.
En dehors de la grossesse et de l'allaitement la poitrine retrouve cette sensualité qui, dans mon cas, disparait quand la poitrine ne sert qu'à son rôle premier (je sais pas si je suis claire!!!)...
Quant à ta première question... j'ai quand même l'impression que c'est un vague reste du complexe d'oedipe mélangé à l'instinct de fouissement du nouveau-né, enfin, une réaction très primaire, de retour à des sensations originelles (chaleur, douceur, protection, sécurité, sensualité...) + un relicat de viel instinct de reproduction m'expliquait mon homme, la poitrine est le symbole de la capacité de reproduction de la femelle et de survie du petit à naître... (tu me suis toujours??? je crois que je me suis embrouillée... si vendredi je suis aussi claires dans ma rédaction je serais jamais prise!!!!!!!!)

Mademoiselle Coco a dit…

Chroniqueuse enfumée > mais avant, on leur cachait plein d'autres choses (les chevilles, par exemple) et pourtant, il ne me semble pas que la cheville ait été un message sexuel particulier.

Mais en effet, ton histoire de nombril (encore un truc qui renvoie à la maternité, n'empêche !!) va dans ce sens là... Très intéressante l'histoire de ton ex ! Il avait peut-être peur de sortir avec une Martienne et voulait vérifier son ascendance humaine ?

Ardalia > je suis pliée en deux depuis l'histoire de la "loloche flasque".

Bon, revenons en aux choses sérieuses : très très plausible cette histoire de seins qui disent comment est la croupe (en même temps, avec les jeans slim, on n'a plus besoin de décolletés pour savoir).

Pourquoi le rouge à lèvres est le maquillage le plus utilisé ? Parce que c'est le plus facile à se mettre sans se rater. Et pour une question de confort labial (remember mon billet sur les lèvres gercées ?). Comment ça, "j'ai rien compris à ta démonstration" ??!

Hé, c'est pas du tout sessouel, c'est SCIENTIFIQUE comme post. Nan mais !

Marie > c'est très clair ! Mais je crois qu'on ne peut comprendre comment les seins peuvent d'un seul coup perdre toute leur connotation sexuelle qu'en le vivant, tu vois ;-) D'autant plus - les femmes allaitantes n'en ont sans doute pas conscience - mais leur poitrine est plus appétissante que jamais (je ne parle pas pour moi, hein !!).

Je vois aussi ce que tu veux dire sur l'instinct primaire, mais c'est justement là-dessus que je m'interroge : pourquoi les hommes (ou les Hommes) sont-ils la seule espèce à voir dans les seins un indice de la plus ou moins grande faculté à la reproduction ? Pour moi, c'est quelque chose de construit socialement et non d'instinctif. Je n'ai pas de preuve scientifique, mais j'en suis certaine ;-) (j'aimerais bien pouvoir observer des hommes préhistoriques, pour vérifier ma thèse !)

Marie a dit…

en fait, je crois que les grands singes ont une sorte d'instinct équivalent... je dois revérifier...

et oui, il faut expérimenter l'allaitement pour comprendre ce qui se passe dans la tête de la maman... pour elle, il est parfaitement naturel de nourir ce petit être avec sa poitrine... et je sais bien que le mâle alentours est aussi alléché par cette poitrine gironde!

d'après mon homme et ses copains: c'est instinctif! (je vais poser la question à midi à mon expert-en-femmes!!! chic, un chouette sujet de discussion à la cantine!!!!!)

Silphi a dit…

Juste une précision à apporter. Si tu relis bien les romans du début du siècle dernier ou des périodes antérieures, tu verras comme la cheville ou la nuque étaient très fortement chargée érotiquement (Cf. écrits de Maupassants, Flaubert, ...)

Pour en revenir au point principal, je serai tenté de dire que les seins sont beaux et qu'en esthètes, nous nous devons de les honorer avec un plaisir inéfable. Et ce, au delà de la stricte compulsion animale ^^

Mademoiselle Coco a dit…

Marie > j'ai hâte que tu viennes nous raconter ton déjeuner entre collègues ;-) !

Silphi > en effet pour la nuque et les chevilles. Tu crois que, quand on en viendra à se promener en monokini dans les rues, les seins perdront tout leur intérêt ?

Sinon, tu crois vraiment que les seins sont beaux en eux-mêmes ? Ou parce qu'on nous a mis dans la tête depuis toujours qu'un sein est beau (en plus, ça dépend desquels...) ?

marie a dit…

alors... mon déjeuner... j'ai posé la question fatidique aux hommes présents...
réponse:
l'arrière-train est bien plus important pour l'un, pour l'autre ce sont un joli nez et une bouche pulpeuse... voilà qui ne fait pas avancer le schmilblick!
Les 2 théories suivantes ont leur place: soit les hommes ont en nostalgie la chaleur du lait et cherchent à retrouver ce bien-être dans le creux des seins de leur compagne, soit ils n'ont pas été allaité et ce manque/cette frustration les poursuit et ils essayent de compenser!
Ce qui ne fait pas plus avancer le schmilblick!
Une fois de plus, nous ne sommes pas passés inaperçus à la cantine!!!!
Ce matin j'ai trouvé un article qui comparait les relations amoureuses animales et humains, très intéressant, et le sociologue disait que la poitrine est effectivement un symbole extérieur de la capacité de la femme à se reproduire et à nourir l'enfant (d'où l'attrait pour les femmes girondes)... tout comme les femmes regardent apparment les hommes musclés (ceux qui sont donc capables d'aller chasser et de ramener du gibier pour tout l'hiver!!!)...
Rien qu'en repensant à toutes les peintures de tous les siècles passés, je doute que l'attrait du sein se perde... (quoique dans une civilisation à tendance matérialiste et perfectionniste, peut-être...)!, c'est l'essence même de la vie un sein au final!
(enfin, tout ça je l'ai compris en allaitant ma fille... avant pour moi, c'était juste un truc gênant pour faire du sport, un truc que les garçons regardaient toujours en premier avant même de s'intéresser à qui je suis, je m'en serais bien passé en gros...)
(euh, désolée pour les monologues!...)

Anna a dit…

J'ai lu chais plus où que c'était lié au fait que l'homme (la femme, en l'occurrence) se soit redressé : en marchant très penché, presque à quatre pattes, on montre son sexe, pas quand on est debout, donc l'attention qui était portée en bas se porte sur quelque chose de plus visible...
Et puis ne me dites pas que vous ne voyez pas le lien entre bouffe et plaisir, hein. ;-) c'est aussi parce qu'ils ont cette mission nourricière qu'ils attirent.

bluebluelight a dit…

Pour ce qui est ' caché ' , je sais pas, ils mattent quand même les filles qui exhibent leurs seins donc bon.. Si ça se trouve, à la période où c'est devenu sexuel, tous les hommes étaient nains, et c'était à la hauteur de leur visage. Ok je sors.

Pettittoutmimi a dit…

Il me semble;.. que cela remonte à la nuit des temps.
Cf la guerre du feu. (mais je précise hein, que peut être je me trompe).

Initialement, l'homme était bestial, et 'forniquait' uniquement à quatre pattes... La vue des fesses étant un stimulant.
Puis, depuis la guerre du feu, ben un jour ils se sont vautré, et ils l'ont fait de face à face.
Les anciennes fesses, qui faisaient fantasmer les hommes, sont devenus les seins...

Après, est ce que cette explication est complètement fantasque (j'en suis persuadé) ou non...

Enfin voilà :)

Ardalia a dit…

Voilà avec la précision apporté par Anna, tu as la réponse au complet.
;-)

Silphi a dit…

En même temps, faut-il toujours chercher des explications ? on finirait par ne plus savoir à quels seins se vouer non ? ^^

...ok je sors ;)

Mademoiselle Coco a dit…

Marie > j'adore tous ces trucs qui relèguent l'humain au rang de vulgaire animal primaire, je trouve ça fascinant. Qui pourrait penser qu'une dinde alcoolisée qui se dandine en boîte un samedi soir cherche en réalité un mec capable de lui rapporter un mammouth pour le dessert ?

Anna et Petittoutmimi > excellente explication, exactement celle que je cherchais. Félicitations, vous êtes la preuve que mes lecteurs sont supérieurement intelligents, ce qui flatte évidemment énormément.

Bluebluelight > j'aime aussi beaucoup ta théorie. Mais je n'arrive plus à m'empêcher de rire lorsque je croise un homme de moins d'1m70 dans la rue maintenant, c'est malin !

Ardalia > oui, je suis très fière de mes lecteurs. Ils sont cultivés quand même... Je me sens légèrement indigne d'eux d'ailleurs.

Silphi > vu le niveau de mes jeux de mots à moi (et ceux d'autres que je ne nommerai pas à leur demande) tu as droit à à peu près tout ici dans ce domaine ;-)

Markss a dit…

Je ne prends pas le risque de m'aventurer sur ce terrain glissant, mais juste une remarque annexe : je trouve dommage que dans quelques semaines un principe surrané comme celui du devoir de réserve des hauts fonctionnaires nous prive de ce genre de billets...

Fishturn a dit…

Je n'ai pas de théorie. Mais je n'aime pas les gros seins. Je m'interresse peu aux seins quand je regarde une femme.

Voilà...Dans le genre témoignage inutile et ininterressant au possible, je suis à mon maximum, jamais fait mieux :-)

denis a dit…

Je confirme les propos de chroniqueuse enfumée. Si toutes les femmes se baladaient les seins à l'air toute la journée, on ne ferait plus attention.

Malakine a dit…

Voilà une question intéressante ! J'avoue que je me la suis souvent posé aussi ...

Je vais tenter une explication, en fait deux, mais en revenant à l'homme moderne. Après tout, on ne sait pas si l'homme préhistorique flashait sur les grosses loches et s'il en a assuré la promotion génétique. D'ailleurs, si tel était le cas, toutes les femmes seraient belles ...

La première explication qui vient c'est que la poitrine est le symbole par excellence de la féminité. Aujourd'hui, 30 ans après la révolution féministe, il est très difficile de trouver une femme féminine (en France en tout cas où l'idéal d'égalité a été jusqu'à gommer toute différence entre les sexes). On doit donc se dire inconsciemment qu'une femme avec de la poitrine doit être plus féminine que les autres ... et ce n'est peut-être d'ailleurs pas si faux, car elle a été obligée d'assmer ce signe extérieur de féminité et que cela l'a forcé à se définir plus que les autres comme "une femme".

L'autre explication est plus bêtement économique. Les filles avec des gros seins sont rares. Donc ça leur donne du prix. Un peu comme la blondeur ...

Marie a dit…

@malakine: faux!
avoir une poitrine plus que généreuse n'aide pas à se sentir plus femme plus tôt mais à complexer horriblement sur ces 2 horribles trucs que tout le monde voit et qu'il est très difficile de cacher...
Quand tu es surnommée "marie-les-gros-robert" et que tout est jeu de mots à ce sujet, tu ne te sens pas féminine mais tu rêves d'avoir assez d'argent pour te faire opérer illico presto et pouvoir enfin rentrer dans les rangs! pour s'offir de beaux dessous (et pas des trucs de grand-mère... parce la jolie lingerie à prix abordable en grande taille c'est récent), de jolis chemisiers, de jolis top, de jolies robes...
je ne me suis pas faite opérer et j'essaye d'assumer ma féminité et me suis longtemps posée la question que se posait Melle Coco: pourquoi les hommes sont-ils toujours attirés par les seins?.... hein d'abord!

Tim a dit…

A la question " Qu'est ce qui a contribué à l'érotisation du sein" je répondrai la fonte des glaces des cercles polaires...
Et comme disais silphi, moi qui suis un puit d'au moins un demi centimètre de profondeur gorgé de connaissances en histoire, il est vrai qu'à l'époque d'autres instruments contribuaient à l'érotisation du modèle féminin...

marionfizz a dit…

comme chroniqueuse enfumée, je pense que les hommes sont attirés par ce que l'on cache....les ptis malins ;-)

Fab a dit…

Les contribution sont un regal a lire!
J'ai plusieurs theories moi-meme, mon meilleur ami etant un fou des gros lolos (il dort la tete dedans la nuit!) qui rejoignent certaines de celles exposees ici.

columbine a dit…

quand on est jeune, on a du mal a assumer sa forte poitrine, parce que generalement on assume pas sa sexualite. quand j'avais 20 ans les autres filles me plaignaient parce que j'avais une poitrine imposante (pour une petite carrure mince). a 40 ans, j'assume enfin le potentiel et le pouvoir erotique de ma poitrine. ma theorie (basee sur mon experience) est pour une fois cerebrale (pour une fois, dans ce domaine je precise). vous n'etes pas sans savoir que les tetons peuvent etre extremement sensibles et donc que cette partie du corps feminin est pour les hommes comme les femmes une grande source de plaisir. et donc, la vue de cette partie du corps stimule l'imaginaire du male (comme de la femelle d'ailleurs). a priori plus un sein sera important, plus il sera un gran terrain de jeux. par ailleurs, pour rassurer les jeunes femmes a petite poitrine, ce n'est pas forcement la taille qui excite le male, mais la visibilite: donc une forte poitrine enfouie sous un pull difforme fera moins fantasmer qu'une petite dans un pull moulant.et un petit sein peut apporter autant de plaisir.
en resume, toute partie du corps qui represente un erotisme possible (sein, fesse, cheville, levres etc.) et qui sera partiellement exposee parce qu'elle deborde ou parce que le vetement la devoile en partie est une sorte de porte ouverte sur le monde du desir, une promesse, une invitation a la reverie sensuelle

Mademoiselle Coco a dit…

Markks > le bon côté des choses, c'est que rien n'est fait pour l'instant, et que tout peut encore arriver ;-)

Fishturn > toutes mes félicitations. C'était brillant et concis ;-) Tout le monde a pu noter ton désintérêt pour les poitrines généreuses, tu vas pouvoir te partager sans jalousie le gâteau avec ceux d'en-dessous !

Denis > intéressante technique de diversion. Les seins des vahinés n'intéressent pas leurs hommes ? De toute façon, pour moi, ce n'est pas la bonne saison, je suis déjà congelée bien qu'habillée.

Malakine > ahlalalala, voilà ce qui arrive à l'élève trop appliqué, qui veut répondre trop vite : il fait du hors sujet ! L'ennemi n°1 quand on répond à une question... Et oui, je suis désolée, mais la question n'était pas "pourquoi les hommes préfèrent-ils les fortes poitrines ?" (Fishturn montre d'ailleurs qu'il ne faut pas oublier les exceptions), mais "pourquoi les hommes s'intéressent-ils aux seins ?". C'est fort différent !

Marie > vraiment très classe le "marie-gros-robert"... Je compatis !

Tim > la fonte des glaces ? Mais encore ? (moi avoir besoin de phrases claires parce que moi un peu neuneu en ce moment, désolée)

Marionfizz > en même temps, on ne leur montre pas nos dents de sagesse, et ça ne les intéresse pas le moins du monde ;-)

Fab > ô le pauvre, mais il doit s'étouffer !!

Columbine > c'est joli, l'idée de "porte ouverte"...

Tim a dit…

Ben la du coup t'as pété toute ma vanne, je suis un peu décu la....
Il est vrai que ce qui est caché rend la chose plus attrayante, sauf que bizarrement, j'adore les mains, même si elles ne sont pas cachées par des gants....

Malakine a dit…

Désolé coco mais si la question était pourquoi les hommes d'intéressent-ils aux seins, la question est mal posée ! Parceque des seins qui se limitent aux tétons, on en a tous strictement rien à foutre ! non ?

Denys a dit…

Juste pour répondre aux théories évolutionnistes avancées par certaines : je crois qu'elles sont tout à fait valables pour comprendre pourquoi le sein de la femelle homo sapiens est devenu au fil du temps plus graisseux et appétissant que dans les autres espèces, mais qu'elles ne permettent pas de comprendre le phénomène au sein de (flûte, je veux dire dans) l'humanité moderne. Je veux bien admettre que nous sommes des animaux, et qu'une partie de nos comportements sont dictés par des réactions neuro-hormonales primaires, mais vous ne me ferez pas croire que quand je vois une poitrine charnue, j'y détecte immédiatement une partenaire en bonne santé qui me fera une progéniture nombreuse et robuste, ah que nenni! Donc Anna, Ardalia, et petittoutmimi, votre explication, elle va bien pour mon aïeul Grougnarr qui sculptait des bifaces dans la vallée de l'Omo, mais c'est tout, hein!
Il y a pas mal d'avis intéressants, mais je crois que personne n'a donné la véritable explication, qui de mon point de vue est entièrement psychologique - mais pas d'accord avec Columbine sur ce qu'elle est, ni avec Marie (si c'était le retour au sein maternel, les femmes aussi ne pourraient pas s'empêcher de regarder, lesbiennes ou non).
Mais comme ça m'embarasse trop, je ne livrerai pas ma théorie. Et donc j'aurais mieux fait de me taire. Bah, on se refait pas, hein?

Mademoiselle Coco a dit…

Tim > alors là, toutes mes excuses, ce n'était pas du tout mon but. En fait, je me suis doutée qu'il y avait cachalot sous grain de sable, pour ne pas dire blague sous commentaire. Mais j'ai beau retourner ça dans tous les sens, je ne vois pas. Ton esprit et ton humour sont trop subtils pour une béotienne comme moi ! Sur les mains : au moins, tu peux te rincer l'oeil facilement et en toute discrétion ;-)

Malakine > tu oserais prétendre que les micro-seins de Jane Birkin n'ont jamais affolé personne ? Je pense sincèrement que le sein féminin attire pour ce qu'il est, et non pas pour ce dont il a l'air (même si cette considération prend ensuite de l'importance, mais ce n'était vraiment pas là mon interrogation).

Denys > tu ne crois pas au cerveau primitif, recouvert de tas de neurones évolués par la suite, mais bien présent encore aujourd'hui dans nos boîtes crâniennes ? ;-)

Barnabé a dit…

Les hommes adorent les seins, petits ou gros, c'est un fait et l'on pourrait s'interroger des heures sur le pourquoi du comment.

Barnabé

Mademoiselle Coco a dit…

Barnabé > ah ben là, merci, je me sens soulagée d'un coup (et d'un grand poids)...