23 septembre 2007

En vrac

C'est dimanche, alors pour un truc structuré, cohérent et clair, il va falloir aller lire ailleurs. Nan, je ne suis pas agressive, pas du tout, je vous préviens, rien de plus.

1. L'heure où la cloche du glas sonne, c'est maintenant. Je parle de mon potentiel futur nom (même si ce n'est pas clair au premier abord). Vous avez été des centaines de milliers à répondre au grand sondage de la rentrée politique "Comment je dois m'appeler ?". Il en ressort que :

- Au rayon des réponses inutilisables : vous êtes quand même 20% d'asociaux à trouver que "l'enfer, c'est les autres". Vous êtes mignons, mais je ne peux pas forcer les autres Coco à changer de nom, vous voyez. Niveau savoir-vivre, c'est moyen. Pour 22,85%, je me pose des questions trop stupides. Ben ouais, mais c'est moi qui les pose, et je suis CHEZ MOI (là aussi, niveau savoir-vivre, c'est moyen. Mais je ne suis pas la pour vous donner des cours d'étiquette). Et y en a UN qui a fait sa mauvaise tête en demandant qui j'étais. Sans commentaire.

- Venons-en à l'analyse des réponses intelligentes et polies. Une majorité ECRASANTE - et je pèse mes mots - voit en moi une personne aussi délicieuse que parfaite qui ne devrait changer sous aucun prétexte. Je m'en doutais, bien évidemment, mais ça fait toujours plaisir de l'entendre de la part de personnes si objectives. Certes, il y aussi des révolutionnaires, des qui trouvent que je pousse le bouchon un peu loin Mauricette à vous donner des devoirs de vacances pour rien et d'autres qui sont un peu normands sur les bords façon ni oui - ni non.

Le grand gagnant est donc... LE STATU QUO. Ah ben vous êtes bien des Français qui refusent la réforme, la rupture et le changement hein. En même temps, ça m'arrange bien : je n'ai rien à changer (le changement, c'est de la dépense d'énergie, et moi, je suis flemmarde), et je n'ai pas non plus à départager entre vos propositions (ce qui aurait sans doute fini en pugilat).

Je me sens aussi raisonnable et forte que Gusenbauer en Autriche. Gusi, c'est le chancelier du pays de Sissi. Il est social-démocrate, et pourtant, quand il a vu que la croissance était plus forte que prévue, il a dit que la cagnotte que tout le monde commençait à réclamer, c'était pour personne d'autre que les caisses de l'Etat, histoire de réduire le déficit public. [Franchement, voir ses amis autrichiens de passage à Paris, ça sert à tout...]


2. Au rayon penderie, j'ai deux informations capitales à vous transmettre.

D'une part, mon nouveau jean Gap a quitté son magasin pour m'habiller tous les matins. J'en suis absolument ravie, je ne le quitte plus (sauf pour dormir, cf. infra). L'information du jour, c'est que chez Gap, ils ont complètement craqué sur les tailles (ou alors je ne m'habille pas dans ma taille depuis des années). Encore plus que les Suédois Henri et Maurice. Morale de l'histoire : chez Gap, n'hésitez pas à prendre plusieurs tailles en dessous de votre taille de jean habituelle.

D'autre part, j'ai enfin racheté des pyjamas, les miens n'étaient vraiment plus portables en société. Mais ce n'est pas l'information capitale. En revanche, le fait qu'une vendeuse puisse oublier des antivols et que j'aie pu sortir tranquille de la boutique sans que le portique ne sonne (et ne m'en rendre compte qu'une fois rentrée, au moment de mettre les bouts de tissu dans la machine à laver avant de les porter) m'a laissée pantoise. Alors comme ça, on peut voler ce qu'on veut ? Les bidules en plastique ne sont que dissuasifs ? En fait, ça m'emmerde plus qu'autre chose, puisque je dois retourner EXPRES au magasin me faire enlever l'antivol car la vendeuse a refusé de m'expliquer par téléphone comment m'en débarasser toute seule (alors que je suis certaine qu'il y a un moyen).

Je sais, ma vie est renversante.

EDIT : 3. (parce que j'avais déjà oublié cette aventure extraordinaire de mon existence) J'ai vu Romain Duris. Il était en scooter et il a failli me renverser. Alors que franchement, celui de nous deux qui devait être perturbé, c'est moi, puisqu'il m'a fait fantasmer pendant des années en Tomasi et que c'est à cause de lui que je suis devenue une pseudo-baba cool affublée d'immondes chemises indiennes qui sentaient la teinture artisinale (à la bave de bouc sans doute). Mais j'ai rapidement dû me rendre à l'évidence : comme nous tous, il a vieilli depuis le Péril jeune, et mes goûts ont changé. Et puis... je ne suis pas du tout son genre de fille, vu le regard inanimé qu'il m'a lancé. Je peux tourner la page sans remords !

14 commentaires:

marion a dit…

Bonjour ! première fois ici...vous etes très drôle et piquante, j'aime beaucoup votre style d'écriture.. je reviendrai !
pour ce qui est de l'antivol, on l'enlève très facilement avec un aimant un peu puissant (mais pas non plus énorme). A trouver dans le commerce, c'est ça qu'utilisent les magasins pour les enlever. (ah douces semaines de boulot chez la halle aux vetements...ca vous forme une nana !!)

Mademoiselle Coco a dit…

Marion > bienvenue et merci pour les compliments ! Merci aussi pour le tip de l'antivol. Je me demande maintenant si ça va me prendre plus ou moins de temps d'aller acheter un aimant superpuissant que de retourner au magasin... Je retiens néanmoins la solution (c'est quand même LE truc qui permet de voler ce qu'on veut, humhumhum, heureusement que mes lecteurs et moi sommes des gens d'une honnêteté et d'une morale irréprochables !)

marion a dit…

Oui en effet, heureusement que notre morale est impeccable...sinon qui sait ce que nous ramènerions dans nos sacs ;-) A bientot !

MArie a dit…

ahhhhh Tomasi!!!
C'est vrai, il ne te fais plus d'effet Romain Duris, je l'aime toujours autant moi!!!

Material girl a dit…

Material, mais encore une Marion en fait, moi aussi 1ere sur ce blog... très drôle... et Romain Duris, pas ma came, tout maigrichon, moi je dis tu fais bien de tourner la page...
a bientôt

Mademoiselle Coco a dit…

Marie > je crois que c'est plus moi que lui qui a changé ! J'ai abandonné le style bad boy...

Material girl > bienvenue ! Pour Romain Duris, ce n'est pas tant une question de carrure que de style (pour moi)...

Ardalia a dit…

Bon, on t'a donné le truc, je n'ai plus rien à faire ici.
Au revoir.
*part en laissant la porte entrebâillée*

Mademoiselle Coco a dit…

Ardalia > ben si tu sais me dire où on trouve un aimant approprié, je suis preneuse ;-) (en fait, je crois que je vais retourner au magasin)

Silphi a dit…

Bon en fait, au delà du status quo, la flemme l'emporte aussi non ? Parcequ'à changer le nom, il aurait fallu changer de blog ^^

Pour les antivols, c'est une bonne idée de retourner au magasin. J'ai eu le même soucis que toi et, pensant être plus malin que tout le monde, j'ai attaqué la bête à la pince... hum. J'ai eu l'antivol ET au moins 5cm² de tissus !

Mademoiselle Coco a dit…

Silphi > j'espère au moins que ce n'était pas avec ton nouveau manteau !!! Dis, comment ça se fait que je te croise partout depuis deux jours ;-) ?

Silphi a dit…

Ben figures toi que je me posais la même question ^^ Je t'avais pas remarqué si présente chez Ra7or ou Camille :)
(et non c'était pas le manteau, ce genre de boutique n'a pas d'antivol sur ses jolis vêtements)

Mademoiselle Coco a dit…

Silphi > chez Camille, si si, depuis quelques temps déjà ! Et que Ra7or, un peu moins, mais aussi. Mais on ne se reconnaît que si on se "connaît" ;-)

Pour le manteau : suis-je bête, ahahahaha ! En vrai, on voit que je vais plus souvent chez H&M que chez ton fournisseur, malheureusement...

Silphi a dit…

Bha tu devrais bientôt. Un de mes amis termine l'ENA sous peu (si j'ai bien compris, c'est ce que tu fais ou vas faire ?) et tout à l'air de plutôt biens e passer pour lui ^^

Mademoiselle Coco a dit…

Silphi > c'est ce que j'ESSAIE de faire, nuance ;-) Et les magasins que tu peux fréquenter à la sortie dépendent pas mal de ton classement, la rémunération variant du simple au double entre les premiers et les derniers. Et oui, la vie est une jungle !