18 septembre 2007

Overdose

Je crois que je fais une sarkozyte aiguë : trop de trop tue le trop, comme le disait Lucky Luke. Et là, j'ai la preuve que c'est trop (en fait, je le sais depuis longtemps) : la rentrée de Ce soir (ou jamais), l'une de mes émissions préférées, que je retrouve ce soir avec tant de plaisir.

Le thème : "Qu'est-ce qu'un chef ?". Très souvent, les sujets ressemblent vraiment à des sujets de dissertation de culture générale de concours administratifs. Il faut sans doute voir là une des raisons de mon intérêt pour cette émission.

Pour parler de ce qu'est un chef jadis et naguère, aujourd'hui et maintenant, ici et là-bas, il y a entre autres, assis sur le canapé de Taddei, Dominique de Villepin. En le voyant, j'ai eu une bouffée de bonheur. J'ai été sincèrement heureuse de le voir apparaître sur mon écran de télévision, pour une autre raison que pour l'Affaire. Redevenu brillant et charmeur depuis qu'il a quitté le pouvoir, il parle avec de grands gestes, fascine. Les autres semblent fades et inintéressants à côté de lui, à l'exception notable de Winock.

Il dit "pour être un grand chef en France, il faut que ça se termine mal : Napoléon, De Gaulle...". Il parle de la "peur de sa propre disparition". J'aimerais tellement pouvoir ne pas penser au CPE, à ce moment-là. A-t-il bien fait d'entrer en politique et de mettre les mains dans le cambouis ? Ses mains de diplomate aristocrate ne sont-elles pas trop longues et son esprit trop fin pour ce genre de travail ? Je ne sais toujours pas s'il y a gagné, et si nous y avons gagné. Tout comme la réputation de grand chef ne s'acquiert avec le temps, seule l'histoire (et peut-être un gain substantiel en esprit critique de mon côté) le dira . Toujours est-il que je trouve son apparition télévisuelle réconfortante, en ces temps... à vous de choisir l'adjectif qui vous convient.

10 commentaires:

mo a dit…

moi je suis en allemagne, lalalère (hélàs pas brelin, snif) et donc le petit père des peupeles et sa noble dame, je ne les vois plus ja-mais. sauf pour entendre les journalistes allemands dirent que merdre-groumpf-nanméquoicévrai, à la fin.
pour villepin... je ne sais pas...

mo a dit…

... des peuples...

Sasha a dit…

Mouais...pas convaincue...

Mademoiselle Coco a dit…

Mo > l'Allemagne, c'est toujours bien, même quand on n'est pas à Berlin (enfin sauf Francfort, mais c'est personnel !). Sinon, je trouve que "Petit père des peuples", ça lui va très bien.

Sasha > pas convaincue par quoi ? Par Villepin ? Par moi ? Par Taddei ?

mo a dit…

ah mais oui, l'allemagne, c'est cool!

Fab a dit…

Le seul respect que j'ai pour De Villepin c'est son discours magistral à l'ONU avant le conflit irakien. Pour le reste je suis desole je le pense aussi corrompu et faux que les autres. Cette opinion n'engage que moi.

Et merci pour la citation de Lucky Luke! ;)

Mademoiselle Coco a dit…

Fab > pour avoir vu à quelques jours d'intervalle Sarkozy et Villepin en discours, je dirais que ce dernier n'a pas fait de bon discours qu'à l'ONU. Disons que j'ai plus d'amdmiration intellectuelle que politique pour lui. Mais j'ose espérer qu'un homme politique intelligent (ou plutôt : qu'un intelligent devenu homme politique) peut être meilleur que les autres. Mais je vis un peu dans le monde des Bisounous ;-)

chevalier de Saint Louis a dit…

Villepin is back!
Je souhaite ardemment son retour, que ce soit par les voies légales ou non. On est bonapartiste ou on ne l'est pas :)

M a dit…

Malheureusement, pour notre ancien premier ministre, il est à craindre que son retour dure encore moins que 100 jours.

Mademoiselle Coco a dit…

Chev et M > "l'important, c'est de rester dans l'histoire. C'est ce qui différencie le grand chef du petit chef", a dit Villepin à l'occasion de cette soirée thématique. A méditer ;-)