04 septembre 2007

Aaaaaaaaaaaah bah ça va mieux...

Voilà, le gros morceau est passé. Pour moi, le gros morceau, c'est l'économie, parce que beurk beurk bouh bouh. Ce n'est pas que je n'aime pas ça, mais disons que l'économie ne m'aime pas. Comme la philosophie en terminale, j'apprécie moyennement de passer du 7 au 17 version montagnes russes sans comprendre pourquoi. Le problème de l'économie est que c'est une science molle qui se prend pour une science dure. C'est à peu près aussi relou que le beauf de la boîte qui se prend pour un beau gosse, vous situez ? Bon, donc aujourd'hui, c'était l'économie, et je n'ai pas séché devant ma copie. Même que je ne pense pas avoir dit trop de conneries. J'ai le coeur un peu plus léger qu'hier donc. Vodka sunrise pour fêter ça !

Sauf que... ben je n'ai pas réussi à remplir ma mission de statistiques toilettesques. J'apprécie beaucoup votre participation active, vos pistes de réflexion, vos propositions et vos hypothèses. Mais je n'ai rien pu vérifier... Je n'étais plus du tout placée au même endroit, impossible de surveiller les allers et venues des gens sans me faire un torticolis. J'étais beaucoup trop devant, et je n'ai pu dénoncer personne. Voyons voir ce que demain nous réservera.

Autre drame intersidéral : j'avais oublié de mettre mon stick à lèvres sur ma table. Heureusement, après deux heures à souffrir en silence, j'ai osé demander à la charmante mémé chargée de me fliquer si je pouvais le prendre dans mon sac, et elle m'a dit OUI. Depuis, je la regarde d'un autre oeil.

L'année dernière, j'avais fait un petit topo sur la mode de l'année pour le concours. Là, je ne vois pas. Pas de grande tendance de fond, rien. Alors soit je suis moins observatrice (oui, j'ai un peu plus de choses à écrire que l'année dernière, donc moins de loisirs durant les épreuves), soit les profils sont plus diversifiés.

En revanche, j'ai pu voir qu'une fois les sujets distribués, les candidats ont tendance à oublier qu'ils sont entourés d'autres humains. Ca me touche aussi, puisque je n'hésite pas, comme aujourd'hui, à m'entortiller les cheveux autour d'un stylo pour me faire un chignon avec lequel je n'oserais pas sortir le reste du temps. Mais... de là à mettre les doigts dans son nez, franchement...

free music


-

14 commentaires:

TheCélinette a dit…

"Le problème de l'économie est que c'est une science molle qui se prend pour une science dure."

J'adoooooooore !
Je veux que tu l'aies ce putain de concours au moins on sera sûr d'avoir une énarque avec de l'humour & de l'esprit :-)

Mademoiselle Coco a dit…

TheCélinette > WOW, c'est un putain de compliment ça dis moi ! (oui, je serais aussi une énarque grossière, mais pas tout le temps :D)

Denys a dit…

Si je croise le *#&@+ de §%*£¤ qui a pondu ce sujet de $@{[#, je lui prends ses ~]ç! et je les lui §@#$¤ dans le #/'?@.

Ce n'était pas de l'économie mais de la politique.

Flûte, je suis furieux.

Je vais donc être désagréable, sorry : le problème de l'ENA c'est que ça laisse passer trop de gens qui sont convaincus que l'économie est une science molle qui n'est propre qu'au discours.

AUx Etats-Unis, les gens sont si convaincus que l'économie est une science sérieuse que la politique économique est largement élaborée par des universitaires.
Pas en France. Et je crois qu'on peut voir la différence.
Keynes était mathématicien, Myron Scholes était mathématicien, Cournot, Allais (un X d'ailleurs), Debreu, Haavelmo... des mathématiciens de formation.

Je te montrerai mon poly de microéconomie de tronc commun de l'X, avec le théorême d'optimisation de Lagrange et celui de Kuhn et Tucker en annexe, et tu verras si c'est mou.
OK ce n'est pas la sceince où l'outil mathématique est le plus poussé, mais il est nécessaire. La microéconomie pratiquée à l'INSEE est inaccessible à un énarque non scientifique de formation, je le sais j'ai pleins de copains qui y sont.

Non le problème c'est l'économie telle qu'on la demande à l'ENA. Je suis d'accord qu'on ne peut pas non plus demander à des gens qui font de la culture gé et du droit public de faire en plus de l'économie scientifique.

Mais un sujet pareil....pffff...

Bon désolé du ton, mais là vraiment c'est trop.

Par contre je dois te rendre justice : quand je suis allé aux toilettes, y'avait clairement un mec qui faisait des trucs pas catholiques sur le trône. Son ombre bougeait frénétiquement, et il y avait un fort reflet rouge au plafond. Du genre de celui qui produirait un classeur plastifié sous l'éclairage d'une lampe.
Il y était déjà quand je suis rentré, il y était toujours quand je suis sorti. Mmmmm

Mademoiselle Coco a dit…

Denys > tu vas peut-être être surpris, mais je suis entièrement d'accord avec toi. Quand je dis "économie", il faut entendre "politique économique telle qu'on l'attend à l'ENA". Et je sais bien qu'elle n'a RIEN à voir avec la vraie économie. C'est pour ça que je m'interroge régulièrement sur la pertinence de l'épreuve d'économie à l'ENA... à part pour faire taire ceux qui pensent que les fonctionnaires ne comprennent rien à l'économie (terme ici utilisée dans le sens de "la vraie vie"). Mais tu vas peut-être être fier de moi : j'ai cité un X en accroche (André Giraud, un major en plus) :D

Et sinon, merci d'être mon oeil dans les toilettes des garçons ;-) Si jamais on n'est pas sur la liste magique, on pourra introduire un recours devant le CE. Entre nos deux témoignages, le "doute raisonnable" existe non ?

Denys a dit…

Ben bravo. Je ne savais même pas qui c'était.
Pour introduire le recours, il faudra faire la preuve des faits avancés, parce que je ne suis pas sûr que dans le contentieux des concours, l'existence d'un "doute raisonnable" quant à la régularité du déroulement et donc la légalité du décret d'admission soit suffisante pour renverser la charge de la preuve. Mais tu dois le savoir mieux que moi. Et zut, je m'étais juré que je ne ferais plus de DA de ma vie après hier.

Bon ben je tâcherai de prendre une photo en glissant mon portable sous la porte. Si tu entends du boucan venant des toilettes et que tu vois 2 types sortir en courant, tu sauras ce qui se passe. Si le poursuivant a un bouc, ça voudra dire que j'ai serré un fautif en flag. Si le poursuivi a un bouc, c'est que j'aurai violé l'intimité innocente d'un type en train de "vaquer à ses affaires", comme dirait Molière. S'il y a deux boucs, faudra revisionner les images au ralenti.

Bon en tous cas désolé pour le ton peu aimable, j'étais encore sous le coup de la colère. Un de mes co-préparationnaires est un économiste de formation (admissible à l'agrég l'an dernier, ce qui est déjà pas mal), et il m'a dit en sortant : "Eh ben mon avantage comparatif s'est volatilisé...". Eh oui.

Ardalia a dit…

Bon... mais c'est pas le moment de mollir, toi!
(il n'y a aucune, je répète, aucune allusion sexuelle dans cet encouragement, c'est soft de chez M6!)

Mademoiselle Coco a dit…

Denys > comment, tu ne connais pas par coeur la liste de tous les majors de promo de ton illustre école depuis sa création ? ;-)

En ce qui concerne notre recours, Barel parle en effet non de "doute raisonnable" mais de "présomptions sérieuses". Sauf que ce n'était pas sur le déroulement du concours. Mais tu sais, de nos jours, tout espoir n'est pas perdu, vu la tournure que prend le droit public français à cause de ces connards de Bruxelles. Et puis j'ai un copain au Conseil d'Etat, il pourrait peut-être nous aider à revirer la jurisprudence ?

J'espère vivement être mieux placée demain afin d'avoir une vue plongeante sur l'entrée des toilettes, pour assister à ton cirque en invité d'honneur. Si l'un des appariteurs dynamiques et musclés te plaque au sol, je viendrai à ta rescousse pour expliquer que tu es un justicier masqué et boucqué.

Pour le ton, t'inquiète Ginette, je comprends. Je n'ai même pas pensé un instant à en être perturbée. Moi, c'est hier que j'ai perdu mon avantage comparatif. Aujourd'hui, j'ai limité les dégâts dans mon désavantage absolu. Et je pense à chaque épreuve à ce copain qui a eu l'ENA avec 4 en droit public l'année dernière. OK, faut avoir 16 en culture G pour compenser mais bon...

Ardalia > tu parles à Denys ou à moi ?? Parce que moi, je ne mollis pas du tout, je me détends ;-)

Denys a dit…

de nos jours, tout espoir n'est pas perdu, vu la tournure que prend le droit public français à cause de ces connards de Bruxelles
En avant première, un extrait de la conclusion de la copie de Droit Public de Mademoiselle Coco ;-)
Belle réserve propre au futur haut fonctionnaire...:D

Poumok a dit…

Salut Mademoiselle Coco !
Je découvre ton blog grâce à un échange de commentaires Disneylandien sur le blog d'Hélène...! ;-)

Je te souhaite de l'avoir ce *grmlblbjmk* de concours, et M**** pour la suite des épreuves !

On est tellement bien quand on est passé de l'autre côté de la barrière...!

Dyns a dit…

J'viens d'arriver ici par hasard et chu pas déçu du voyage !!! Vraiment génial ton blog :)

Et pour ton concours je te dis MMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMM............................................ E !!! :)

Mademoiselle Coco a dit…

Denys > s'ils n'existaient pas, nous n'aurions pas eu ce merveilleux sujet de droit. A part ça, j'aime beaucoup l'Europe :D

Poumok > oui oui, je vois bien pour le commentaire princecharmantien ;-) Bienvenue ! Alors comme ça tu es de l'autre côté de la force ? Chanceuse :-)

Dyns > merci beaucoup, et bienvenue aussi ! Je ne réponds pas au reste, mais tu sais ce que je penses !

Petitelouise a dit…

Hinhin, moi je suis molle du cerveau donc je ne commenterai pas les commentaires, mais bon, puisque Mademoiselle Coco a pris des risques pour moi, je me suis dit qu'elle méritait bien, un premier commentaire sur son blog que je lis régulièrement. Et qui m'amuse beaucoup...
Oui, effectivement, ce commentaire n'a rien à voir avec le sujet du jour.

Poumok a dit…

Oh, quelle belle expression "de l'autre côté de la force" ! ;-)
Effectivement je le suis, mais pas pour le même concours, moi c'est de l'orthophonie !

D'ailleurs je te tire mon chapeau (que je n'ai pas)! Si j'avais eu un blog l'an dernier, en même temps que je préparais ce foutu concours, je ne l'aurai certainement pas eu ! :-)

Mademoiselle Coco a dit…

Petitelouise > ah ben je ne savais pas que tu me lisais ! Bonne surprise :-) Merci de commentairer alors !

Poumok > je crois que quelle que soit la matière, un concours reste un concours, avec les mêmes mécanismes. En revanche, j'espère que euh... on peut avoir un concours et un blog, sinon, j'arrête tout de suite !