03 juillet 2007

Objectif lune J-1

Demain, ma petite navette spatiale s'envolera TREEEEEEES loin d'ici, dans un monde où se connecter à internet est un défi, et où blogguer n'est pas la priorité.

Demain, je vais prendre quelques jours de vacances. Vous n'imaginez même pas à quel point cette idée me réjouit. Je reste ensuite sur la lune, mais pour travailler. En espérant que la gravité réduite aidera mes neurones à planer (libre aux scientifiques de réécrire l'histoire en termes scientifiquement corrects).

Demain, sea, sex and sun. Sauf que en fait, non, pas de sun, d'après Météo France. Et puis pas de sex non plus, parce que je n'ai jamais trouvé les vacances familiales propices aux amourettes et encore moins à plus. Draguer alors que mon père est à une serviette de moi, je n'y arrive pas. Et si vous dites que je n'ai pas réglé mon Oedipe, ben je dis... euh rien. A part qu'il me reste la mer.

Rendez-vous au mois d'août !

8 commentaires:

denys a dit…

Le-fait-de-planer-n'est-rendu-possible-que-parla-présence-d'une-atmosphère-fluide-autorisant-
une-portance-donc-sur-la-lune-la-gravité-réduite-n'aura-aucun-effet-sur-ta-capacité-à-planer-(nulle)-mais-seulement-sur-le-temps-mis-à-t'écraser-en-chute-libre-sur-le-sol-caillouteux-(moindre-accélération-de-la-pesanteur)!!!
Ouf... 4 semaines que ça me démangeait de le dire ;-)
Welcome back...

denys a dit…

crotte....
Le texte complet (ne jamais renoncer à faire de la vulgarisation scientifique en dépit des obstacles sournois dressés par les éditeurs de texte):
Le-fait-de-planer-n'est-rendu-possible-que-par-la-
présence-d'une-atmosphère-fluide-autorisant-
une-portance-donc-sur-la-lune-la-gravité-réduite-
n'aura-aucun-effet-sur-ta-capacité-à-planer-(nulle)-
mais-seulement-sur-le-temps-mis-à-t'écraser-en-chute-libre
-sur-le-sol-caillouteux-(moindre-accélération-de-la-
pesanteur)!!!

Mademoiselle Coco a dit…

Comment ça ma capacité à planer est nulle ?? Franchement, revenir de vacances pour entendre... ça, pffffff ;-)

J'ai bien pensé à toi en me faisant sauvagement attaquer par Chérie FM et son "Femme des années 80" en entrant dans un supermarché estival !

denys a dit…

Le problème avec les gens de formation littéraire, c'est qu'ils ne supportent pas de devoir se plier à la tyrannie des faits scientifiques...
Aussi, de guerre lasse, et puisque j'ai de plus en plus le sentiment que tu n'es pas le genre de nénette à te confondre en excuses devant Newton pour avoir violé par licence poético-bloguestique les règles de la gravitation universelle, hé bien je vais t'accorder (de quelle autorité vous direz-vous? Pas mon problème) une dérogation spéciale, unique et exclusive :
Mademoiselle Coco est la SEULE personne qui peut planer sur la Lune. Et d'ailleurs où elle veut (j'ai une compétence générale).
Voilà.

Sinon, je vois que par un glissement insensible d'associations d'idées, je vais finir par me retrouver associé dans ton imagination à une supérette de vacances remplie de néerlandais tâtant les abricots, leurs roubignols caressant l'étalage emballés dans un micro fibre speedo.
Je suis flatté :-D

Mademoiselle Coco a dit…

Le truc bien avec les scientifiques, c'est qu'ils peuvent compter sur une autorité morale et intellectuelle qui leur permet de modeler les lois scientifiques pour les adapter à la réalité des littéraires !

C'est marrant, mais je vois dans l'image du Néerlandais qui tâte les abricots une image légèrement tendancieuse. Mais peut-être est-ce dû à ma vision très personnelle et à mon expérience des Néerlandais... A part ça, c'est joli "roubignols", je ne connaissais pas. Ce qu'on apprend de choses, quand même, sur internet.

denys a dit…

Rhoooo, dis donc, tu te moques bien des étudiantes américaines et des pélerins polonais, alors si je ne peux pas m'en prendre au touriste néerlandais, où allons-nous?
Sur le terme "roubignol", mille excuses, vérifications faites, le mot est féminin et s'orthographie comme suit : "roubignoles". Il figure dans le Trésor de la Langue Française, excusez du peu. Pour des exemples d'utilisation, voir Jean-Marie Bigard.
PS : désolé, cela va créer un nouvel afflux de pervers sur ton blog...:-)

Mademoiselle Coco a dit…

Denys > je n'ai JAMAIS dit qu'on ne pouvait pas parler des Néerlandais. J'ai juste trouvé l'évocation des Bataves au rayon fruits-zé-légumes avait une forte connotation érotique auto-suggérée. Aucun refus de la moquerie pour nos voisins du Nord, donc :D

Merci pour les précisions grammaticales, j'espère pouvoir recaser tout ça en culture G. Je te tiendrai au courant.

denys a dit…

"connotation érotique auto-suggérée" : ben ouais, auto-suggérée c'est le mot, parce qu'en fait c'était plutôt une situation répugnante que j'avais essayé de décrire... Mais en effet, c'était sans compter sur le souvenir ému d'un bel adonis batave à la musculature fine et élégante et à l'oeil bleu outremer que tu avais du rencontrer au temps de tes premiers émois adolescents devant l'étal coloré d'un marchand de 4 saisons de la côte basque; et que mon évocation a proustiennement ramené à la vie...
C'est beau l'été y a pas à dire