23 mai 2007

Pouvoir et vouloir

Il y a quelques semaines, j'ai rencontré ma coach personnelle. Je sais, ça fait classe. En fait, on est cinq à l'avoir pour coach, mais ça reste un accompagnement personnel. Toutefois, comme il n'est pas question de me muscler le fessier, il ne s'agit pas d'une coach corporelle mais mentale. Son but : faire de nous des warriors qui auront le concours de leurs rêves.

Jeune normalienne énarque (jusque là, tout est normal), elle a en plus le bon goût d'être très sympathique. Et accessoirement une bombe sexuelle aussi. Personnellement, même si ce n'est jamais désagréable, ça ne m'intéresse pas plus que ça. Mais je me dis que quand même, la répartition des qualités intérieures et extérieures se fait bien mal sur cette Terre. Martin Hirsch (dont j'ai récemment appris qu'il était énarque lui aussi, on est cernés) pourrait peut-être, dans le cadre de son mandat pour les solidarités actives, faire quelque chose contre ces inégalités flagrantes. A voir.

Donc cette jeune femme brillante, sympathique et belle nous a coachés pendant 2 heures, en nous disant bien qu'il fallait surtout continuer à avoir une vie épanouie à côté. Le seul truc, c'est que juste après, elle nous a dit qu'il ne fallait surtout pas oublier :
- de lire Le Monde et Les Echos tous les jours (compter 2 heures pour faire les choses correctement, et pas juste se dire "bon, ça c'est fait" sans qu'il en reste rien derrière)
- de ficher "rapidement" le Pisani-Ferry et le Stirn (1400 pages)
- de lire toutes les fiches DPAE
et plein d'autres choses encore. Sur le principe, je suis assez d'accord avec elle. Je me permets toutefois d'opposer quelque résistance de pure forme : "quand c'est qu'on dort ?!". Je sais bien que c'est ce que je devrais faire (même ce que j'aurais dû faire depuis longtemps), mais je n'ai tout simplement pas le temps matériellement de le faire. Ce serait le programme idéal, mais rien que de reprendre les milliers de pages de cours que j'ai en stock (et je ne pense pas mentir en parlant de milliers) me suce tout mon temps jusqu'à la moelle. Et je reste persuadée que je maîtrise déjà parfaitement les fondamentaux, ça sera bien. Enfin bon, là n'est pas la question.

Car elle nous a bien confirmé que ce qui comptait, c'était d'avoir une vie équilibrée "avec des sorties, des amis, et un petit copain" Elle semble hésiter un dixième de seconde puis ajoute "...enfin, si vous pouvez !". J'ai adoré la chute. Je ne sais pas si l'un de nous dans le groupe était particulièrement visé par cette réserve de "capacité".

Tout ce que j'en dis, c'est que pouvoir c'est bien, mais vouloir, c'est mieux. J'avoue que batifoler est vraiment le dernier de mes soucis depuis un bout de temps. Que rencontrer un jeune homme même bien sous tous rapports, voire parfait, me laisse de marbre. Et ce n'est pas une hypothèse purement théorique, je l'ai vécu. Electrocardiogramme plat. Comme dirait mon père, "c'est pas comme ça que tu vas te marier".

6 commentaires:

Anonyme a dit…

C'est quoi les fiches DPAE?

Melina LOUPIA a dit…

Et c'est pas comme ça que tu vas normaliser.
Sérieux, un coach? Trop cool.
Y'en a pour les mères au foyer? Tu demanderas hein?
Des bizettes

Angely a dit…

moi il me faudrait un coach pour me rebooster l'ego et aprendre a etre sure de moi

Mademoiselle Coco a dit…

Anonyme > maintenant ça s'appelle Trésor-éco. Une rapide recherche google devrait te renseigner sur la question. Tu veux pas que je te fasse des fiches de sythèse pendant qu'on y est ;-)

Mélina > pas compris ton histoire de normaliser... Je dois me normaliser ? Roh bah c'est pas drôle... Je vais demander à ma coach si elle a envie de venir te voir. TU veux être coacher pour quoi au juste ??

Angely > je crois que quand on en trouve un bien, c'est le rôle d'un psy plus que d'un coach non ? Ah moins que tu aies juste besoin qu'on te le dise : si c'est ça, tu devrais facilement trouver une copine pour enregistrer une cassette sur laquelle elle te répète en boucle que tu es géniale, non ? :D

Ardalia a dit…

Peut-être que Mélina voulait dire "faire Normale"? (sup ou allégé sans sucre, comme tu veux)
Une carrière ça se prépare avant, l'amour, mon Dieu, ça se construit pendant. :-)

Mademoiselle Coco a dit…

Ardalia > je me suis esspliquée en privé avec Zette après. Elle voulait juste dire "réussir mon concours". Ce qui confère au terme normaliser une signification que je ne connaissais pas. Mais non, pas la peine d'insister, je ne tenterai pas Normale...