20 décembre 2007

Violences domestiques

Je crois que je rêve un peu, mais j'ai l'impression que si je prétendais être une femme battue, on pourrait presque me croire. Loin de moi l'idée de faire semblant, surtout que je ne vois pas qui accuser [ironie]sinon, EVIDEMMENT, je ne me priverais pas de le faire[/ironie]. Je dis ça parce que les preuves corporelles sont là. Je suis loin de vivre dangeureusement, mais je suis couverte de bleus, de petites cicatrices, et de brûlures (ceci n'est pas une annonce de plan).

Je ne sais pas comment je me débrouille, mais je me cogne partout et tout le temps. On ne peut pourtant pas dire que j'aie un corps démesurément grand et encombrant. Et pourtant... Mes pieds rencontrent trop souvent ceux des tables, des chaises et des lits. Mes jambes se prennent dans toute sorte de choses improbables, allant du tuyau d'aspirateur au hublot de la machine à laver. Mes hanches butent sur les tables, les bureaux, les plans de travail et les tables de nuit. J'ai même réussi à me faire un bleu sur le dessus de la main après s'être fait violemment rencontrer mon métacarpe et le coin d'une table de bistrot (à jeun). Bilan : il ne se passe pas un jour sans que je sois couverte de bleus, plus ou moins petits, plus ou moins nombreux, mais bien présents. C'est vachement classe. Maintenant que je fais du vélo, j'enrichis ma collection de bleus : mettre ma béquille avec le tibia me fait un bleu, même en deouceur et à travers mes bottes et mon jean. Ué, je sais, n'est pas Princesse au petit pois qui veut, ça demande de sacrées compétences...

Les cicatrices ben... enfin je ne vais pas vous raconter ma vie corporelle intime. Mais dans le cadre de ma fausse plainte pour violence domestique, j'aimerais quand même fournir une nouvelle preuve. A savoir mon trou dans la cuisse (là, je remonte vachement mes stats avec quelques mots, la vie est magique). J'ai un vrai trou dans ma vraie cuisse gauche. Un trou creusé à l'acide. Là, tout de suite, ma fausse plainte prend une dimension dramatique, non ? Vous ne commencez pas à me trouver un petit air de Souad la brûlée vive (le lien, c'est juste pour que vous situiez, pas pour que vous achetiez, "je ne suis pas folle vous savez") ? Si vous voulez simuler une violence domestique sur une cuisse innocente, la méthode est simple : faites un long voyage en voiture et laissez votre vieux walkman avec ses vieilles piles posé sur vos cuisses. Si vous avez de la chance, vous allez vaguement sentir un tout petit filet liquide couler de votre walkman. Vu que vous êtes en terminale L, vous ne comprenez pas ce qu'il se passe (si si, je suis sure que j'aurais réagi plus vite si j'avais écouté ma prof de maths de seconde et que j'avais choisi S. Comme quoi... à quoi ça tient la vie, hein Maurice !). Vu que vous ne comprenez rien et que vous ne voyez rien de probant, vous repoussez votre walkman. Un peu après, ça commence à brûler sévère. Après les 6 heures de route réglementaires, c'est bon, vous avez un trou dans la cuisse. Si vous aussi vous avez fait L et que vous voulez comprendre, c'est simple : la pile a eu le mal de mer et a vomi tout son quatre-heures sur mon jean et donc sur ma peau. Je ne sais pas ce qu'il y a dans les piles, mais ça fait des cratères dans la peau. Je crois que je bats Souad non, avec cette histoire horrible de la violence moderne dans nos sociétés sur-technologisées ?

Quant aux brûlures, c'est simple : je n'y peux absolument RIEN si la résistance de mon four se précipite sur mes mains dès que j'ouvre la porte d'icelui (le four). La main gauche a toutes les faveurs d'icelle (la résistance). Franchement, dans le cadre de ma fausse plainte, je pense que je pourrais faire passer ça pour des brûlures de cigarette, appliquées consciencieusement à quelques centimères d'écart les unes des autres, un peu partout. Dieu merci, j'ai toujours mon Baume des Pyrénées à portée de main brûlée. Dans la porte du frigo, pour être précise, ça soulage encore plus. Le seul problème, c'est que je n'ai jamais su écrire Pyrénées depuis l'école primaire. Méditerranée je commence à savoir, mais Pyrénées, je n'y arrive pas. Il faut nécessairement que j'aille sur Wikipédia pour être sûre. Alors si vous voulez bien, c'est la dernière fois que je vous parle des Pyrénées et de son baume.

Donc en gros, j'ai des bleus comme si je faisais de la lutte libre tous les 4 matins, des cicatrices comme si j'étais un vieux détenu, et des brûlures comme si je refusais de mettre des maniques avant de plonger les mains dans mon four sous prétexte que ça me fait tout renverser. La question est : ma plainte pour violences domestiques est-elle recevable ?

23 commentaires:

berenique a dit…

I wish I've could understand a single word from what You have written:(
I do not know French!:/ I think that only word in french I know well is "le lait" (milk?)

best regards;)

Fyfe a dit…

Pareil que toi :)
Je suis connue depuis longtemps pour mes cicatrices sur les genoux, hématomes continus, et brûlures de main gauche :)
Vais me renseigner sur tes pyrénéens, là...

marie a dit…

euh, tu parles de moi là en fait!
tu sais que le surnom de princesse au petit pois m'a été donné par mon ex-ex-belle-mère et que je pensais faire un billet là dessus dans les jours qui arrivent!
Voilà, mon homme m'effleure et j'ai un bleu! Je me crame les mains dans le four (j'ai quand même eu la brillante idée il y a quelques semaines d'essayer de sortir mon plat du four SANS manique... ça fait mal et ça remet les pieds sur terre!
Ma chère coco, seriez-vous une grande rêveuse? Une étourdie qui est constamment dans la lune et ses rêvasseries!!!
ta plainte est recevable, on peut peut-être même se réunir en pétition contre la violence domestique de la part du mobilier et de l'éelctroménager!
hummm...

cél a dit…

Je suis pareille :-)
Je découvre même des bleus de temps en temps. Même pas mal !

Ardalia a dit…

Pour les problèmes de schéma corporel, faire un sport impliquant des trucs à éviter, comme les co-équipiers, par exemple ou impliquant une grande précision gestuelle comme la danse classique (ou un art martial), ou voir un psycho-motricien... :-))

Personnellement, ça ne m'arrive plus qu'en cas de grande préoccupation/émotion. J'ai résolu la chose en prenant plaisir à me mouvoir, en optimisant les gestes dans l'esprit du zen, c'est-à-dire dans la concentration sur ce qu'on fait.
Ton problème est juste un défaut de présence au réel (corps/espace), laquelle présence la douleur aide à activer assez vivement. Elle te rend service, en fait, la douleur!! Ce que tu peux être ingrate, c'est pas croyable!
;-)

Pour tes problèmes montagneux, je propose la Biafine, pas de pire-aîné dedans.

Julie a dit…

Ah ben je suis pas sûre que faire S t'eusses (oui, t'eusses) garantie contre les cicatrices à vie...
J'ai moi-même un bout de verre DANS mon bras en souvenir du jour où j'ai fait exploser un énorme erlenmeyer en cours de chimie et que je me suis retrouvée avec des minuscules bouts de verre incrustés partout sur moi, cheveux, visages, mains bras, pull, partout (même que j'ai eu peur pour mes yeux). Tout ça parce qu'au lieu de le faire chauffer au bain marie j'ai voulu aller plus vite et le mettre sur une plaque.

Depuis, je sais que si le verre n'est pas chauffé uniformément il est pas content... (et là pour le coup je m'en souviens BIEN)


http://julie-la-petite-olive.blogspot.com/

Julie a dit…

(à part ça, je raconte MA vie sur les blogs des AUTRES, tu crois que c'est grave ?)

et puis tu sais, les trous sur le corps c'est mieux que les bosses !
(tadââm... c'était la pensée du soir)

(oui oui, je sors)

http://julie-la-petite-olive.blogspot.com/

Mademoiselle Coco a dit…

Berenique > according to what I saw on your blog, you know many other french words ! At least "merde" ;-)

Fyfe > en plus ça sent super bon, mais contrairement aux autres pyrénéens, je déconseille de bouffer le tube...

Marie > rêvasseuse, moi ? Un peu oui !!

Cél > ah ben tu as de la chance si tes bleus ne te font pas mal... Je veux la recette !

Ardalia > hum, le pire, c'est que j'ai fait plus de 10 ans de danse classique, et que je suis donc censée avoir une maîtrise parfaite de chaque cm de mes membres. Hum, j'ai pas dû tout bien faire ! Pour la Biafine, ça n'a RIEN à voir avec mon super baume. C'est un peu comme soigner une déprime avec des brocolis plutôt qu'avec du Nutella ce que tu me proposes là...

Julie > c'est sûr que la philo, c'est moins dangereux ! Tu es la bienvenue pour raconter ta vie et produire de sages pensées du soir :-)

LaSof a dit…

Il fut un temps, ou mon surnom etait la schtroumphette, blonde des bleus partout... J'avais même hésité à prendre des actions, pour la crème Arnica, chez moi ça fontionnait très bien...

Mademoiselle Coco a dit…

LaSof > l'arnica, moi, je le gobe en homéopathie. Ca ne m'empêche pas de bleuir, mais c'est bon pour le moral...

Silphi a dit…

Ceci dit je ne sais si la plainte est recevable en l'état. Auriez vous des preuves tangibles quant à cette intention de nuire ? Car c'est effectivement l'intention qui rendrait le motif valable ^^

En même temps je suis chimiste et pas juriste hein alors je dis ça je dis rien. Mais bon il est 5h00 du mat, je me perd sur la blogo alors je raconte bien ce que je veux non ? :o)

Lystig a dit…

Moi aussi...
Maladroit + problème de coagulation sanguine = bleus partout !!!

Pirskila a dit…

Tout pareil! :D Avec Charisma, on avait prévu de fonder un club! T'en es?

(moi je suis du genre à me couper en fermant un placard et mes cicatrices n'ont jamais une histoire très héroïque, du genre "oh tiens si je décidais de casser ce verre fêlé à mains nus" aheum")

marionfizz a dit…

Ah mon avis NON, cette plainte n'est pas recevable ;-) !

ceci dit, très drole ton billet, et tous mes voeux de bon rétablissement...

TheCélinette a dit…

Ou la la ton histoire de pile c'est pas glop. Dans les piles alcalines, il y a des bases fortes et comme la soude, ça brûle :/

Je te souhaite une année 2008 indemne.

Petitelouise a dit…

Bouaf, moi je me cogne partout et tout le temps dès que je suis fatiguée. Mais je te souhaite quand même de ne pas te faire aborder dans la rue par quelqu'un te conseillant d'aller porter plainte ; et toi de dire mais non mais non, je me suis fait ça toute seule, sisi je vous assure, et la dame d'en face te regardant avec commissération (tiens ça se dit / s'écrit comme ça ça ?). Très embarrassant comme situation...

Tietie007 a dit…

Oui, tu peux porter plainte contre ton four et essayer d'avoir des dédommagements financiers d'Arthur Martin !
http://tietie007.over-blog.com

Mo a dit…

bonne année! sans trop de bleus...

Mademoiselle Coco a dit…

Silphi > oui, tu racontes ce que tu veux :-)

Lystig > bienvenu au club des Schtroumpfs !

Pirskila > je ne connais pas Charisma, mais je sens que je ne peux pas refuser cette invitation...

Marionfizz > et mince, même pas de contrepartie alors ?!

TheCélinette > bof, j'ai survécu quand même. Et c'est presque héroïque comme histoire non ? ;-)

Petitelouise > ah ben oui, le prétexte du "je me suis fait ça toute seule", ça passe mal ! Nan mais sérieusement, tu as déjà été abordée par quelqu'un dans la rue pour te conseiller de porter plainte ???!

Tietie007 > ça serait bien ça, juste avant les soldes...

Mo > à toi aussi !

Maître Collard a dit…

Par ma robe noire, je suis choqué par la partisanerie honteuse qui dresse la foule abjecte contre les véritables victimes de ces regrettables faits de violence, j'ai nommés : les objets.
Et donc à la demande de mes clients, Macha la Machine à laver, Tabatha la Table, Abdelnour le Four, et Quitterie la Batterie, je vais assigner en justice ladite Mademoiselle Coco pour les faits suivants, à savoir : coups et blessures volontaires à l'encontre de Melles Macha et Tabatha, attouchements et violence sur les parties intimes de M. Abdelnour (oui, les fours sont très pudiques quant à leur résistance), et tentative de meutre par saignement sur Melle Quitterie.
Le caractère éhontément récidiviste de l'accusée sera, je l'espère, pris en compte comme il se doit par les jurés.
Nom d'une pipe comme je suis choqué!!!

Petitelouise a dit…

Oui, sérieusement, oui. Enfin, j'étais assise sur un banc à bouquiner en attendant l'heure d'un RV. Et la dame ne m'a pas crue quand je lui ai dti que sisi, mon gros cocard, c'était un accident de voiture, pas un chéri violent... Quelque part, j'étais gênée, mais aussi rassurée sur l'humanité de la planète, sur le moment.

Alex a dit…

Oui. Le monde est un époux violent.

Mademoiselle Coco a dit…

Maître Collard > bon retour chez nous. J'espère que le Tchad n'a pas été une épreuve trop pénible pour votre vague capillaire.

Petitelouise > j'ai pensé pareil sur l'humanité. Mais quand même... j'imagine ta tête !

Alex > que c'est joliment dit. Mais légèrement pessimiste non ?