14 août 2007

Livresque story

Ca fait quelques temps déjà que je voulais vous en parler, et ça y est, voilà venu le grand jour. Deux éminentes membresses (vous comprenez maintenant pourquoi je suis contre la féminisation des noms ?) de ma blog-list se sont distinguées dans la masse de la bogosphère. J'imagine à quel point cela a dû être difficile de garder un secret pareil pendant si longtemps... Mais c'est désormais officiel : elles ne sont plus seulement bloggueuses, mais aussi écrivaines. Et c'est justement parce que j'aime leur blog que j'en cause, même sans avoir lu les deux ouvrages...

D'abord, il y a Zette et son bouquin, qu'on peut même acheter en ligne au format PDF (je n'en reviens pas de cette révolution technologique. Comme dirait le Quai d'Orsay : "Quel avenir pour le livre face à la littérature électronique ?" *). Ce sont des morceaux (et quels morceaux) de son blog. Donc si vous aimez le style Zette, il y a peu de chance que vous n'appréciez pas celui de Mélina, qui décrit le quotidien mais pas que. Avec des mots parfois simples et parfois compliqués. En général, simples quand c'est compliqué, et compliqués quand c'est simple. Un regard affûté mais jamais féroce. Elle court peut-être, la trentaine, mais en prenant le temps de regarder derrière et devant elle.

Et puis il a Anne-So(lange), la propriétaire de Cachemire&Soie à l'origine de la formidable maxime "Une fille, c'est pas compliqué... c'est subtil" qui devrait être gravée au frontispice des écoles républicaines (mixtes). Son livre de chick-lit assumée, La double vie de Pénélope B., est un peu une mise en abyme vertigineuse : écrit grâce à son blog, il parle de blog et a lui même un blog. De là à ce que le blog du livre lui permette d'écrire un autre livre... Pour savoir ce que ça vaut, je vous conseille vivement d'aller lire le commentaire de Deedee. Qui, elle, l'a lu (en avant-première, puisqu'il sort jeudi), et en a pensé le plus grand bien.

Je ne vais pas me lancer tout de suite dans ces deux livres, car je suis étrangement dans une phase littéraire "le nazisme, c'est mal". Après avoir lu Lutétia d'Assouline (pas mal du tout, mais pas bouleversant non plus. Un bon livre de plage), je m'apprête à me plonger dans Lingua tertii imperii de Klemperer (découvert grâce aux suggestions Amazon et à Finis Africae), qui s'annonce fascinant, puis Seul dans Berlin de Fallada. Quand j'aurai avalé tout ça, Berlin, Alexanderplatz de Döblin m'attend et Germania - Mort à Berlin de Müller. Cela me semble bien monothématique. C'est vrai qu'un peu de chick-lit au milieu de tout ça ne me ferait peut-être pas de mal...


* : sujet d'anglais du dernier concours en date. C'est pas beau, franchement, une administration qui vit avec son temps ?

8 commentaires:

Saperli a dit…

merci de tous ces renseignements. Tombée par hazard chez vous, je n'ai pas perdu mon temps, que des choses qui me renvoient à d'autres intéressantes ! C'est assez rare pour le signaler...

Mélina LOUPIA a dit…

Oh mais alors là, passer après elles et eux, tain là, je sens que je vais me faire retaper les seins :)
Des bizettes, merci, j'ai beaucoup aimé ce que tu as dit.

Kenders a dit…

Perso j'suis dans une phase "le nazisme c'est d'la balle", mais ca m'dérangerait pas de lire d'autres trucs.

Et je serais vachement branché de lire ces deux livres, en fait. Mais j'me demandais: le livre de Zette, on peut l'acheter en vrai livre? Nan parce qu'acheter un fichier pdf, ca m'gonflerait legerement.

J'ai jamais lu le blog d'anne-so par contre, mais ca 'brancherait bien aussi. J'trouve ca très fort en tout cas.

Mademoiselle Coco a dit…

Saperli > comme quoi, on gagne toujours à être curieux ! Et puis au passage : bienvenue !

Mélina > passer après qui ? puis pourquoi se faire retaper les seins ? Pis de rien, parce que je le pense, alors c'est gratuit ;-)

Kenders > "le nazisme c'est d'la balle" euh... dans quel sens ? Le livre de Zette, bien sûr qu'on peut AUSSI l'acheter en vrai. Si tu cliques sur le lien que j'ai mis, je pense que tu pourras l'acheter direct. Fais gaffe, le passage "le nazisme c'est bien" vs. chick-lit risque d'être âpre...

Denys a dit…

Si le livre d'Anne-Solange est visiblement un roman classique exploitant un thème modernissime, celui de Mélina suscite mon intérêt, parce que si j'ai bien compris, il compile un certain nombre des billets de son blog; ce en quoi elle élabore un genre apparemment nouveau, une revisitation du roman épistolaire, le caractère personnalisé en moins... Il me semble qu'on s'écarte un peu du journal intime, car la publicité des notes doit avoir un effet tempérant sur le contenu; non pas sur la liberté du ton, mais, peut-être, sur la tendance à se présenter sous un jour flatteur...ou du moins à passer sous silence les anecdotes plus tristes ou sombres (qu'en dira la maîtresse des lieux?).
A-t-elle inclus une sélection choisie de commentaires? Parce que là, pour le coup, ce serait vraiment modernissime : un roman participatif, composé de sa propre prose et de contributions jugées pertinentes, spontanées et souvent anonymes! Le roman de l'ère Web 2.0! Et une source sans fin de tracas pour qui s'y risquerait, sans l'ombre d'un doute.

Sinon, naturellement, je suis pétrifié de honte à voir l'hallucinant programme de lecture de notre Coco nationale... A ma grande honte, j'avoue ne plus lire en ce moment... Enfin, un livre d'histoire de France, à vocation davantage utilitaire qu'hédoniste. Sapristi, je suis nul.

Mademoiselle Coco a dit…

Denys > pour le livre d'Anne-So, tu devrais trouver ça rassurant : je crois bien que tu n'es pas dans le public cible ;-)

Pour le livre de Mélina, je n'en sais rien. Le mieux serait que Zette repasse par ici pour te renseigner. Zeeeeeetttttteeeee ???

La maîtresse des lieux dit : oui, forcément on choisit. Mais on raconte aussi sur un blog des choses qu'il n'est pas évident de raconter dans la "vraie vie" (exemple : le string de l'Ambassadeur, jamais recasée ailleurs qu'ici, cette histoire. Sauf si on me demande "mais c'est que ce string de pouffe ?"). Le paradoxe du blog est que le lecteur a l'impression de pénétrer dans une intimité alors que celui qui écrit (moi, tout du moins) a l'impression de ne rien révéler de lui qu'il ne désire montrer.

Sur mon programme de lecture : rassure-toi, c'est pour les 3 prochaines années ;-) Je n'ai pas lu de l'année (vraiment aucune envie) et ça m'a repris cet été, de façon assez frénétique même. Se forcer à lire ne sert à rien, l'envie revient toute seule !

Mélina LOUPIA a dit…

OUiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii!!!!! :)

Il s'agit effectivement d'un recueil de mes premiers textes que j'ai choisis.
Pas de publicité mensongère, pas de jour flatteur, juste mes textes tels que je les ai écrits à quelques moments donnés.
Des bizettes

Mademoiselle Coco a dit…

Zette > merci merci, mais en fait, la question, c'était : tu as intégré quelques commentaires des lecteurs de ton blog dans ton roman :D ?