17 mai 2007

La classe intersidérale (c'est le cas de le dire)

Grâce à mon blog-it express, là, à gauche, je peux espionner tout le monde. Je sais qui atterrit ici et pourquoi. Je sais que certains pensent y trouver un film cochon ayant pour cadre un taxi et mettant en scène de nombreuses perversions. Je sais que Tina a un admirateur secret à Aubervilliers qui rêêêêêêêve de voir son sourire quand elle danse (et si Tina, c'est sûr que c'est toi, la recherche ne laissait aucun doute) et qui est venu sur mon blog 12 fois dans la journée pour vérifier si par hasard je n'avais pas une photo quelque part. Je sais que le nez de Patrick Dempsey intéresse beaucoup de monde. Je sais que certaines personnes ont des fantasmes tout à fait originaux, voire un peu dégoûtants (mais tout cela est subjectif). Enfin bref, ça ne change pas beaucoup de d'habitude.

Mais aujourd'hui, j'ai découvert que mes lecteurs avaient la classe intersidérale. Bien sûr, il y a du normalien, avec de l'adresse en rezo.ens à la fin, il y a du financier qui travaille même un jeudi de l'Ascension. Mais LA découverte du jour... faites gaffe parce que ça tape tellement que vous pourriez être éblouis... j'ai un lecteur ou une lectrice à l'Agence spatiale européenne / Centre européen des opérations spatiales. Un astronaute quoi. Zimaginez un peu l'effet que ça fait ?

Mon astronaute devrait d'ailleurs lire ce billet, et se sentir dans la seconde éhontément mis à nu, violé dans son intimité, et tout le reste. Je suis VRAIMENT désolée, je m'excuse platement, je monte mentalement les marches de l'Oratoire St Joseph à genoux... mais j'étais trop fière pour ne pas le dire !

free music


-

7 commentaires:

Anonyme a dit…

Grillee!

Ben oui mais non... Je vais casser ton reve : oui je travaille bien la mais non je suis pas astronaute. Et merde, c'est meme possible de voir d'ou viennent les gens? Tu vois avec ce genre de decouvertes informatiques, vaut mieux pas que je le sois, astronaute! Sinon on serait mal barre dans la navette spatiale!

Sinon j'adore ton blog, n'etant plus a Paris et plus dans le petit cercle ferme des prepas/grandes ecoles/rue Saint-Guillaume et tout le tintouin, je me tiens au courant.

Mademoiselle Coco a dit…

Ben je trouve que c'est quand même la classe ! Merci d'avoir accepté de te demi-démasquer. Et merci pour le compliment. Sciences Po devrait me mener ambassadrice virtuelle de l'école :-)

Ardalia a dit…

*époussète ton épaule*
;)

Héloïm Sinclair a dit…

Bonjour Mlle Coco

Je viens moi aussi de temps à autre sur ton blog, avec un plaisir toujours renouvelé.

Je crois même que blogitexpress m'a dit que tu avais visiter le mien ;-) ... Et de la part d'un quasi autodidacte, c'est plaisant d'être lu aux Tuilleries, rue Saint-Guillaume, .... Comme quoi l'école républicaine n'a pas que des ratés.

Ambassadrice virtuelle de la rénovation féminine de l'admisitration, est sans nul doute une distinction à ta portée (et méritée). Toutefois, qu'apporterait ce titre à notre plaisir de lecteur ?

Ton choix de Norah Jones avec "My dear country" en dit plus que n'importe quel papier. Enjoyed.

Pour revenir sur un billet précédent, la nostalgie compulsive n'est pas un mal spécifique aux français. L'"Ostalgie" en Allemagne, si elle est sur le déclin avec la reprise, est toujours latente à Berlin. En Italie, je n'en connais point le nom, mais la Dolce Vita rutilante de Milan ne fait pas oublier que la moitié (voir plus) du pays n'est pas entré dans le 21ème siècle.
Y autait il un lien entre l'age des élites (leur renouvellement) et le ressenti social de la nostalgie ? Car l'Espagne, ou encore la Slovénie, la hollande, UK, ... ne semblent pas ressasser leur passé.

Pour conclure, garde confiance. Ce n'est pas la future et probable ENAiste que fuient les gens, mais l'intelligence. Qui plus est si celle-ci a de l'humour, et s'incarne dans une jeune femme pétillante (et peut être jolie).

Belle et bonne continuation,
Héloïm

Mademoiselle Coco a dit…

Ardalia > j'ai des pellicules ?! :P

Héloïm > Wilkommen ! Pour le titre d'ambassadrice virtuelle de renouvellement moral de la sphère bloggesque féminine, honnêtement, ça ne changerait pas grand chose pour les lecteurs. Et pour moi ? Un salaire peut-être... ne serait-ce que pour récompenser la France qui se lève tôt et se couche tard :D. Ravie que Norah Jones t'ait plu !!

Pour l'Ostalgie, je vois une nuance, qui est la revendication des Ossis de dire "tout n'était pas si mauvais en DDR" et "tout n'est pas parfait en BRD". C'est moins une nostalgie passéiste que le regret d'avoir perdu les emplois garantis, les crèches pour les enfants, etc. C'est plus "matériel" et objectif que les regrets français, qui s'attachent à des symboles sublimés, des valeurs perdues, etc.

En ce qui concerne les autres exemples que tu cites, il s'agit peut-être tout simplement du fait que leur passé est nettement moins "regrettable" que nos Trente Glorieuses idéalisées : le franquisme en Espagne et la "dutch disease" qui a ruiné les Pays-Bas à partir des années 60 font qu'il est d'après moi beaucoup plus agréable de vivre dans ces pays maintenant que dans les années 70... Pour la Slovénie, je ne connais pas assez, mais je ne serais pas étonnée de pouvoir tirer les mêmes conclusions que pour l'Espagn et les Pays-Bas.

Merci pour le encouragements ! Définitivement, je continue ;-)

héloïm sinclair a dit…

Pour le titre, il est à toi si tu le prends, mais sans salaires ni émoluments spécifiques. Reste que si cela peut te récompenser, digne représentante de la France qui se lève tôt et se couche tard :D ...

Merci pour le complément d'analyse sur l'Allemagne, et surtout sur la Hollande.

Ravi qui tu ais définitivement décidé de continuer.

Définitivement pouvoir revenir ;-) ...

belleselajoue a dit…

c'est drole ,j'allais faire une note sur les mots clefs justement