03 mai 2007

Anxiogène

Non, je ne vais pas vous parler du débat de ce soir, dont j'ai pensé plein de choses, mais pas qu'il était anxiogène.

Je déteste la nouvelle série médicale à la mode de TF1, Dr House. Autant j'ai immédiatement accroché à Grey's Anatomy (mais c'était sur prescription de ma prof d'anglais), autant là, je n'aime pas.

Déjà, et je crois que c'est censé être l'originalité de la série qui fait qu'elle se démarque des autres et qu'on en devient fan tout de suite, je déteste le héros éponyme, antipathique au possible. Je sais que faire d'un antihéros un héros héroïque bien qu'il soit antipathique est LE truc révolutionnaire de la série. Mais moi, je suis indécrottable, il me faut du rêve et des gentils héros, il me faut du Dr Mamour qui sauve le monde et a une morale d'amish.

Et lui, le Dr House - outre le fait qu'il ait un nom ridicule... Dr Lamaison, nan mais on se fout de qui ? - est méchant, misanthrope, prétentieux, méprisant, irrespectueux et indélicat. OK, il est super bon et il sauve des vies. Mais des pourris qui font des choses bien juste parce qu'ils savent bien le faire, c'est monnaie courante. Et c'est considérer les autres comme un moyen et non comme une fin, ce qui est très mal selon Kant ("Agis de telle sorte que tu traites l'humanité aussi bien dans ta personne que dans la personne de tout autre toujours en même temps comme une fin, et jamais simplement comme un moyen", Fondements de la métaphysique des mœurs. C'est aussi beau qu'une suite pour violoncelle seul de Bach...)

En outre, cette série est hautement anxiogène pour une hypocondriaque légère comme moi. Son fond de commerce réside dans des pathologies incroyables que personne ne saurait diagnostiquer, mis à part le fameux Dr House qu'on a envie de baffer. Du coup, des gens qui arrivent à l'hôpital avec une légère migraine se retrouvent avec un triple cancer en phase terminale et un pneumothorax (je n'ai aucune idée de ce qu'est un penumothorax, ni même que ce soit réellement une pathologie), qui n'ont d'ailleurs rien à voir avec la migraine.

La série parle des trucs les plus horribles et improbables qui puissent arriver à un corps humain, et il y a des choses que je préfère ne pas savoir. Parce que dans Grey's Anatomy, les pathologies sont horribles, mais leurs propriétaires les ont bien méritées. Alors que là, ça touche n'importe qui : vous arrivez presque en forme à l'hôpital, et en 3 minutes (avant le générique du début), vous êtes dans le pire état possible. Je sais, la vraie vie, c'est comme ça, et pas comme dans Grey's Anatomy. Mais je ne regarde justement pas une série pour voir la vraie vie. Le truc qui revient tous les jours et qui parle de la vraie vie, ça s'appelle un journal télé.

Rajoutez à ça que j'ai cru, dans un élan de vaine naïverie (si si, ça existe comme mot à Cocoland), qu'M6 allait nous passer la deuxième saison de Desperate Housewives alors que ces radins ne font que rediffuser une saison déjà vue et revue et disponible en DVD depuis des années, et vous comprendrez que je sois une déçue des séries... Y en a qui ne croient plus en la politique, et moi, ce sont les séries. Vivement qu'un candidat meilleur que les autres me redonne goût aux séries... (et non, Verliebt in Berlin ne compte pas).

3 commentaires:

Mélina LOUPIA a dit…

C'est justement ce que je me disais.
J'ai cru que j'allais accrocher.
Et puis non.
Je lâche au bout du générique, je comprens rien et le héros est tellement haut perché que je l'entends pas.
Et en plus, y'a Nip/Tuck qui rereredébarque sur M6.
Vais me remettre à Urgences tiens.
Des bizettes,ça faisait un bout.

Pascal a dit…

J'aime pas non plus Dr House, d'ailleurs j'en avais déjà parlé. Euh sinon, Kant c'est bien, mais ça date un peu, non ? N'oublions pas qu'en se basant sur le bel ouvrage que tu cites, on démontre facilement que l'homosexualité menace l'existence de l'humanité, c'est même le fond de commerce d'un certain député du Nord...

Mademoiselle Coco a dit…

Mélina > mouais, Nip/Tuck, une fois de plus, on s'est fait entuber, c'est ENCORE une ancienne saison déjà passée et repassée. Ils commencent à me courir sur le petit pois chez M6, à faire de la sensation qui fait pschitt...

Pascal > oui, je me rappelle de ton post. Pour ce qui est de Kant, je ne l'ai jamais lu dans cette optique. Faut dire que je n'ai jamais activement cherché d'arguments prouvant que l'homosexualité menaçait l'humanité. Ceci dit, on peut tirer des tas de choses de vieux livres, dont le contenu est nécessairement marqué par le temps, et dont les auteurs ne sont plus là ni pour l'actualiser, ni pour en proposer une lecture plus moderne, ni pour se défendre. Et en ce qui concerne la citation que j'ai faite, je considère à titre personnelle qu'elle reste fondamentale et intemporelle. Que Vanneste s'empare de Kant, peut-être à son corps défendant, est regrettable. Mais ne me le fera pas abandonner. Je préferais que Vanneste me le laisse...