07 avril 2007

Aux imbéciles les fesses moulées

En attendant de savoir si je vais aller à Pop-Stars ou à la Starak (pour ceux qui prendraient tout ça en route, euh... il ne s'agit pas VRAIMENT de ces émissions, c'était une métaphore filée. Etant donné que je chante environ comme les soeurs de Cendrillon dans le dessin animé de Disney, je préfère éviter de me retrouver dans les bêtisiers), je dois dire que j'hésite sur un autre point.

Il n'y a encore pas si longtemps, Charles, Gaël et moi étions formels : le slim ne passerait pas par nous. La problématique pour les filles et les garçons est différente. Pour les garçons, c'est quasi tout le temps ridicule. Je n'ai encore jamais rencontré aucun garçon dont la morphologie se soit accordée avec son jean slim. Les adolescents sont tous tellement gringalets qu'on dirait des sortie de squelettes. Ou alors ils sont un peu boulots. Et dans ce dernier cas, ils cumulent les handicaps, puisqu'ils tentent en général de rendre leur slim plus seyant en le portant en baggy. Je n'arrête pas de croiser des jeunots-boulots qui portent des trucs ultra-moulants, dont le fond leur arrive à mi-cuisses, laissant dépasser un caleçon bariolé digne des années 90 les plus folles.

Pour les filles, je crois qu'il faut tout simplement un corps de déesse pour que ça soit flatteur. Et aussi un sacré bon goût, la moindre faute étant immédiatement sanctionnée, en particulier les erreurs chaussuresques. Rien de pire que de ressembler à Minnie : jambes de moineau et énoooooooormes pieds... Je pense que tout le monde sera d'accord pour dire que les ballerines sont l'accessoire INDISPENSABLE du slim, or je ne peux vraiment pas porter de ballerines. J'ai beau trouver ça absolument charmant et incontournable, il vaut mieux ne même pas y penser : mes pieds sont ainsi faits que je perds toutes mes chaussures au premier pas (Cendrillon me revoilà) si elles n'ont pas un truc quelconque qui les attachent fermement à mes jambes. D'où mon amour des bottes, difficilement assumable en été.

Pour toutes ces raisons et encore plein d'autres, j'avais pensé ne jamais m'acheter de slim. Et puis soudainement, l'idée m'est venue que si je ne voulais pas finir mémère avant l'heure, il fallait peut-être que j'arrête de m'habiller comme il y a 3 ans (oui, à notre époque, tout va plus vite). Je ne sais pas si c'est le printemps, la nécessité vitale de me sentir à nouveau sexy, l'habitude m'ayant gagnée, l'envie de voir une petite lueur d'intérêt dans des yeux masculins quand je me balade, l'idée que les informations muy agradables transmises par ma balance ce matin ne devaient pas restées sans suite, le fait que peut-être mes chaussures noires vintage des vraies années 80 iraient en fait très bien avec un slim... J'y pense de plus en plus souvent, sans en devenir obsédée malgré tout. On va mettre la moyenne à 1 fois par jour, en toute honnêteté.

Il me reste encore à passer la barre fatidique de la cabine d'essayage. Car je reste persuadée qu'il faut un corps de déesse. Ou alors un jean TRES TRES TRES bien coupé. Demain, j'irais peut-être traîner dans deux ou trois boutiques, histoire de prouver que seuls les imbéciles ne changent pas d'avis.

3 commentaires:

Kitty a dit…

Alors tu t'es lancée? Moi aussi j'étais absolument contre et puis après qq seances de sport et un p'tit régime j'ai eu envie que ça se voit, du coup me voilà l'heureuse propriétaire d'un slim noir absolument charmant que je porte avec des ballerines et des hauts qui couvrent les fesses et c'est vrai qu'on se sent sexy en slim! (j'ai sauté d'un nuage de fille et je suis arrivée chez toi ^_^)

Mademoiselle Coco a dit…

Bienvenue Kitty ! OUIIIII je me suis lancée. Mais au final, je crois que j'ai plutôt acheté un cigarette raccourci plutôt qu'un vrai slim... Mais j'en suis contente, et c'est le principal !!!

Anonyme a dit…

moi c'est niet, les années 80 j'ai déjà donné.
je veux pouvoir garder les photos d'aujourd'hui avec mes enfants sans les brûler ;-)))
mais chacun fait comme il veut !
clara.be