27 avril 2007

Breaking (sad) news

Le jour où j'ai découvert le son du violoncelle, j'ai été bouleversée. Je me rappellerai toujours de mon excitation extatique (heureusement que c'est à l'écrit) lorsque j'ai entendu pour la première fois les Suites pour violoncelle seul enregistrées à Fontevraud par Alain Meunier.

Le violoncelle est vraiment un instrument très particulier : je n'en connais aucun autre avec lequel le musicien fasse autant corps. Si vous avez déjà entendu un violoncelliste en concert, en étant suffisamment près de lui, vous aurez sans doute remarqué la respiration : les violoncellistes respirent tous très fort. Comme si de leur respiration dépendait le son qu'ils sortent de leur instrument. Je crois que le violoncelle est le seul instrument à cordes qui soit aussi à vent. Un violoncelliste qui ne respire pas bruyamment au rythme de son archet n'a aucune musicalité. Ca fait partie de la chose, comme le lever de poignet lent et calculé, en forme de vague (totalement inutile au demeurant, mais pourtant nécessaire) pour le pianiste : le poignet se lève, tandis que les doigts sont encore en contact avec les touches, jusqu'à ce que les doigts se séparent doucement du clavier, puis le poignet redescend , faisant bascule avec le reste de la main, dont les doigts finissent également par s'abaisser pour que le bras retrouve son alignement du coude au bout des ongles.

Tout ça pour dire que je viens d'entendre que Rostropovitch nous a quittés, et que ça m'a vraiment fait quelque chose. Il ne jouera plus jamais. Et je ne pourrai jamais le voir en concert. Un grand monsieur pour sa musique, et pour bien d'autre chose. Il n'est pas qu'un virtuose, il est aussi une conscience, un homme libre. Il est celui qui jouait devant le mur de Berlin en 1989. Adieux très tristes...













Le plus beau est ici, pas exportable malheureusement.

Je sais, j'aurais dû choisir, mais c'est tout simplement impossible...

2 commentaires:

A. a dit…

Oui, quelle tristesse pour Rostro...
Meunier a été mon prof de musique de chambre, en plus d'être un merveilleux musicien il est aussi profondément sympathique.

Mademoiselle Coco a dit…

Je n'ose imaginer Meunier en prof de chambre... J'aurais eu du mal à ma concentrer sur ma partition (et je ne parle que de talent musical, bien sûr !)