25 mars 2007

Scotchée


Je deviens la prudence par excellence en ce moment. Tant et si bien que j'ai décidé de doter mon nouvel ordinateur d'une petite protection, au cas où. En même temps, il ne risque plus grand chose, puisque maintenant, j'hésite presque à l'utiliser tellement j'ai peur de l'abîmer... Mais bon, la sérénité n'a pas de prix.

J'ai donc décidé de devenir cliente de iSkin, THE fabriquant de serviettes hygiéniques en silicone pour ordinateurs (on se comprend). Pour ceux qui ne comprendraient pas, regardez la jolie image à gauche, vous verrez ce dont je parle.

Le truc, c'est que ça coûte beaucoup moins cher aux Etats-Unis et au Canada ces petites bêtes-là. Ca alors, ça combe bien, mes parents y sont pile poil en ce moment. Je vais sur le site d'iSkin, je regarde les revendeurs, j'appelle celui qui est au pied de la tour où travaille ma soeur (la vie est bien faite).

Je vous rappelle, au cas où le changement d'heure vous aurait été fatal, que nous sommes dimanche soir. Bon, donc dimanche soir moins 6 heures (soit 15h et des poussières là-bas), j'ai quelqu'un au téléphone en 4 secondes. J'avoue que j'ai presque été surprise, étant donné mon expérience avec TNT qui a dû m'occuper une bonne centaine de minutes la semaine dernière. Mais là, non, rien à voir. Dimanche après-midi, il y a un conseiller clientièle (pas neuneu) pour vous répondre dans la seconde qui suit votre appel. Je suis déjà conquise.

Je souhaitais simplement savoir si le magasin en question faisait bien le produit que je cherchais et si, éventuellement (mais je ne voudrais pas trop en demander surtout, pour ne pas déranger) il était en stock. Même pas eu à demander, mon conseiller clientèle avait vérifié pour moi avant même que je pose la question.

Et avant même que cette autre idée saugrenue me vienne à l'esprit, il me proposait de me le mettre de côté. "Ben oui mais euh... je ne sais pas si ma soeur pourra passer demain...". Mais pas de problème voyons, il le garde une semaine de côté pour moi. Même plus si je veux. Je commençai à douter sérieusement : ne serais-je pas piégée dans un "Surprise sur prise par téléphone" ???

Point du tout. En 5 minutes, c'était plié. J'ai un code de réservation, je viens quand je veux et quand je peux. Le monsieur a été aimable, clair, et efficace. Ben ça alors... ça fait un sacré bout de temps que je n'avais pas vu ça.

Je ne suis jamais la dernière pour dire qu'il y a des trucs qui ne vont pas dans la société canadienne (et nord-américaine en général). Mais il faut bien reconnaître que, quand le capitalisme permet aux gens d'avoir un meilleur service et d'avoir à faire à des gens agréables et compétents, c'est quand même sacrément plaisant et je suis archi-pour. Si vous ne voyez pas le lien entre le capitalisme et la sympathie des employés, repensez à vos dernière virée shopping durant vos vacances en Slovaquie ou en Pologne.

D'ailleurs, pas besoin d'aller un Ukraine pour ça. La France est déjà pas mal. Le jour où une hotline non-surtaxée fonctionnera un dimanche et permettra d'être mis ultra-rapidement en relation avec une personne compétente et aimable, qu'on me fasse signe. Ahhhh, le bon vieux capitalisme à la française... Qu'est-ce qui se marreront mes petits enfants quand je leur raconterai comment c'était, la France, dans ma jeunesse !

Ne vous méprenez pas, ce n'est pas pour autant que je vais voter Bayrou, hein. Nan mais vous pensez un peu aux chatons ou quoi là ???

3 commentaires:

Sven a dit…

Je partage ton enthousiasme pour une telle experience! Peut etre que le monsieur etait par contre en Inde et ne s'appelle pas vraiment Bob, mais Rajiv ;)

Mademoiselle Coco a dit…

Un Rajiv au bout du fil, voilà qui aurait pimenté d'un zeste de Bollywood mon dimanche soir Sven ;-)

Mais non, il était bien dans la boutique ! J'avoue que j'ai pensé un instant au call center délocalisé, mais son accent québecois ne trompait pas !

Mélina LOUPIA a dit…

Oui, parce que chez Orange, pour ne pas les citer, si tu passes autant de temps à trouver et réparer la panne Internet, c'est surtout que tu fais répéter 15 fois la phrase de l'opérateur...Délocalisé et tout juste français.
Enfin bon, côté administration, ça s'arrange, maintenant que les conversations sont enregistrées, ils sont tous mielleux.
Bizettes, m'intéresse ton truc là...