24 janvier 2007

Greluche ?

Bon, comme certainement un bon paquet de bloggeuses aujourd'hui, j'ai perdu quelques minutes de mon précieux temps à faire le Greluche Test découvert grâce à Deedee. Le verdict est tombé : waouh, je ne suis que très modérément Greluche, contrairement à ce que peut laisser croire ma collection :
- de mascara (chaque tube étant d'une couleur subtilement différente de celle de son voisin, qui lui allonge les cils mais ne les épaissit pas, alors que le troisième les étoffe sans faire de paquets et que le quatrième les recourbe)
- de chaussures (mais chaque paire a sa spécificité : talons comme ça ou pas comme ci, couleur, style, bout)
- de fard à paupière (les discrets, les flashy, les mats, les irisés, les à mettre juste par dessus du khôl parce qu'ils sont gras et les à mettre sous les sourcils pour éclairer)
- de jeans (le très vieux très cool du dimanche tellement porté qu'on dirait une greffe de peau de Schtroumpf, le classe qui va avec les bottes et les escarpins, le pailleté qui fait un peu girly, le brodé qui fait carrément girly)
- et de tout un tas d'autres trucs qui font que je suis comme je suis.

Le test l'a dit : je ne suis pas Greluche. Et c'est forcément vrai. Même si je fais des tests beauté pour madmoizelle.com. Même si, en sortant de mon épreuve d'économie, je suis allée faire du shopping pour enfin dégoter le manteau marron qui manquait à ma panoplie de manteaux depuis 3 ans (cf. ci-contre). Même si souvent, quand je ris, je glousse. Que cela soit dit : la science a parlé, je ne suis pas une Greluche.

C'est sans doute pour ça, d'ailleurs, que j'ai un peu tilté en passant devant la parfumerie en bas de chez moi ce matin. En grand dans la vitrine trônait la pub pour le produit tout nouveau-tout beau d'une marque que j'affectionne en général, mais qui a soudain perdu toute considération de ma part.

Cette jolie bouteille a l'air franchement anodin et pourtant, j'ai eu la très désagréable impression qu'on me prenait pour une Greluche. Que dit la pub ? "Pensez-vous que les ondes électromagnétiques puissent traverser les murs sans traverser votre peau ?".

Bien sûr, "électromagnétique", ça fait peur. Mais franchement, qu'un spray cosmétique s'attaque à ce genre de choses me laisse sans voix. Certes, comme dirait Fab, "il y a peut-être d'autres choses plus importantes sur lesquelles s'énerver". Mais je n'aime pas être prise pour une cruche.

En outre, cette pub a le défaut de me faire immédiatement penser à cette secte (les Raéliens ? les "habits blancs" ? Moon ?) dont les membres aiment à se promener enrubannés de papier d'alu pour se protéger de ces courants d'énergie négative qui leur vole leur cerveau, comme la ménagère de moins de cinquante qui regarde le téléachat aime à faire le ménage emballée dans du cellophane pour se débarasser de sa cellucite.

Alors suis-je inconsciente ? Suis-je trop peu hype ? En tout cas, il est certain que ce spray ne délestera jamais mon porte-monnaie. Si jamais un jour, il faut réellement stopper les ondes électromagnétiques pour éviter le vieillissement de ma peau (qui est de toute façon inéluctable, soyons réalistes), je me ferai un masque de papier d'alu, comme tout le monde. Qu'est-ce qu'on aura l'air con quand même ce jour-là... Peut-être qu'un spray incolore ne serait finalement pas plus mal ?

Mais la situation est loin d'être aussi critique pour l'instant. Et je ne me jetterai pas dans les bras du grand capital cosmétique cette fois-ci. Parce qu'il y a toujours une limite dangereuse à ne pas franchir : à force de prendre grossièrement les gens pour des greluches, on finit par leur envoyer un électrochoc qui les ramène à la conscience : "mais non je ne suis quand même pas SI greluche que ça !".

1 commentaire:

Aude a dit…

Damned, encore une bloggeuse qui a eu un score plus bas que le mien à ce fameux test hyper sérieux :))
Je me suis découverte greluche ok mais pas blonde, donc le produit dont tu fais la pub ne risque pas de finir dans mon chariot :))