13 novembre 2006

Generation gap...

Je suis à nouveau pour quelques jours chez Papa-Maman, en attendant que des touristes canadiennes n'en puissent plus de Paris et repartent à Montréal en libérant mon appartement. Du coup, je fais de l'observation anthopologique... de mes parents. Et oui, ils arrivent encore à m'étonner.

Ce matin, alors que j'émergeais à peine au-dessus de mon bol de café au lait (note bien, admirateur anonyme : pas la peine de m'inviter à rester dormir chez toi si je n'ai pas de café au lait le lendemain matin), quand le téléphone familial a sonné. Mon père répond et revient dans la cuisine excité comme un gamin, pire que moi le jour où on m'a dit que j'irai passer une journée à Disneyland (quand j'avais 10 ans, pas avant-hier).

Le programme, c'était qu'il me déposait rapidement à la gare, moi courageuse travailleuse, et qu'après, il filait retrouver son copain Michel. Michel est sympa, mais ce n'était pas la cause de la grande excitation du matin. Non, si mon pôpa avait des étoiles dans les yeux et des fourmis dans les jambes, c'est parce qu'il allait faire un tour en... vélosolex avec son pote, qui depuis 2-3 ans a laissé tomber le conseil en entreprise pour se lancer dans la réparation de Solex. Ce qui était au départ un passe-temps de quinqua nostalgique est devenu une vrai bizness à plein temps.

Donc Papa allait monter sur un vélosolex. Or dans la mythologie familiale, Papa et les Solex, c'est toute une histoire. En 1966, avec une bourse Zelidja, il avait fait le tour de l'Allemagne du Nord au Sud, et surtout d'Ouest en Est, derrière le Mur de Berlin. Il avait fait un très beau rapport prémonitoire dans lequel il affirmait que l'assouplissement des relations entre les deux Allemagnes ainsi que les facilités accordées aux familles séparées par le Mur créeraient petit à petit une dynamique de détente qui permettrait un réglement pacifique de la question interallemande. Un truc qui avait de la gueule quoi.

Donc en 1966, il parcourait l'Allemagne en Solex. L'année d'après, il a fait les pays nordiques. L'histoire ne dit pas si c'était avec le même Solex ou non. En tout cas, normalement, le Solex, il maîtrise, même s'il n'en a pas refait depuis.

Ce matin, en tenant ma petit sacoche avec tous mes cours, je pensais à mon père en train de faire le fou en Solex avec son copain dans la forêt. Et je me suis dit que ça avait du bon de vieillir...

1 commentaire:

Myriam a dit…

tu sais que le supra dernier truc a la mode c le solex electrique ... en fait ton père, il est trop fort :)
c tout mignon en tout cas cette histoire