27 février 2007

Le jour où j'ai découvert le String de l'Ambassadeur

Comme promis hier, l'histoire du String de l'Ambassadeur, pour redonner (peut-être) le sourire pour quelques instants à ceux qui ne l'auront pas forcément ce soir mais vers qui vont toutes mes pensées qui traversent le Rhin.

L'histoire du String de l'Ambassadeur... Lorsque j'ai fini mon stage dans la capitale des ruines de l'empire austro-hongrois, mon Ambassadeur a très gentiment organisé un dîner pour mon départ chez lui. Ce dîner, préparé avec soin par son cuisinier qui reste pour moi le maître de la purée à l'huile de truffe, était l'occasion pour mes anciens collègues de marquer leur tristesse inconsolable (Fanny, si tu dis que c'est faux, je ne t'envoie plus aucune offre d'emploi !!) en me couvrant de cadeaux plus somptueux les uns que les autres.

La secrétaire avec qui j'avais passé un certain nombre de pauses café et de soirées endiablées avait racketté tout le poste diplomatique et était allée courir les magasins de la Kärntner Strasse pour trouver petite robe d'été avec laquelle je repartirai de Vienne. J'ai eu des tas de super jolis cadeaux ce soir-là, mais le meilleur restait à venir.

A la fin du dîner, avant de partir de chez M. l'Ambassadeur pour une de mes dernières soirées salsa, mes copines me chuchotent qu'elles ont encore quelque chose pour moi. En grand secret, elles sortent deux petits paquets. "Tu comprends, il restait un peu d'argent, mais devant tout le monde, on a préféré éviter...".

En ouvrant le papier de soie, je découvre un shorty-string en dentelle blanche virginale et un string en dentelle rouge nettement moins virginale. Olé-olé, mais super jolis... et financés pour partie par M. l'Ambassadeur.

Chaque fois que je les enfile, je pense à lui. Et ceux qui l'ont connu doivent se douter qu'il n'est pas, en théorie, l'homme auquel je suis censée penser en enfilant mes strings les plus osés. Mais cette sensation délicieuse de faire un truc résolument subversif à mon échelle me grise pour la journée, en général. Et le "String de l'Ambassadeur" est dorénavant son appellation officielle pour toute la famille. Ce qu'on ne ferait pas pour quelques Ferrero rochers...

Au fait : merci les filles de m'avoir épargné l'ouverture de ces deux cadeaux devant les 10 diplomates ayant sacrifié leur prime mensuelle pour que je puisse me couvrir les fesses (enfin, même pas).

2 commentaires:

Tybo a dit…

Le titre est vachement accrocheur :D
Et l'anecdote bien sympa.
(mon commentaire est bateau, mais je voulais signifier que ton message m'avait bien fait rire) ;-)

Mademoiselle Coco a dit…

Ah Tybo, je n'aime rien tant que les titres faussement racoleurs, qui me permettent (Post-It à l'appui) de me récupérer les pires pervers de la terre.

J'adore imaginer leur frustration, leur regard bouillonnat de déception et de colère en découvrant le leurre...

La dernière fois que je voulais avoir beaucoup d'audience (pour faire de la pub pour le passage de Futur Papa à la télé), j'avais ajouté au titre "ta mère en string". Tu n'imagines pas le nombre de mecs qui fantasment sur les mères en string dans ce monde...