01 novembre 2006

Noël ici et ailleurs

Ce sont les vacances de la Toussaint (enfin pas pour moi, mais pour un tas de gens, si... Allez, pleurez un bon coup sur mon sort, merci de compatir) et je pense déjà à Noël.

Je pense à Noël parce qu'à Berlin et à Vienne, tout le monde y pense déjà. On commence à installer les marchés de Noël, à acheter les décorations, à cuisiner des Plätzchen en famille. Bientôt, les rues sentiront le vin chaud et les marrons chauds, on se tapera les mains l'une contre l'autre pour se réchauffer, on écoutera des chorales chanter des Adventsgesänge. Il y une ambiance inimitable, un mélange de chaleur humaine et de froid météologique, de lumières douces et de nuit tôtive (mouais, tard/tardive dont tôt/tôtive.. logique non ?).

Je ne sais pas comment décrire ce doux sentiment de tradition immuable sans prendre le ton de Jean-Pierre Pernaud parlant du petit marché rustique de Saint-Didier-des-Monts... Je ne connais pas le marché de Noël de Strasbourg, mais d'après tout ce que j'ai pu entendre à son sujet, rien à voir avec un vrai marché de Noël dans les règles de l'art, la faute à la commercialisation. Il paraît même qu'ils y vendent des jouets fabriqués en Chine... la faute à la mondialisation. Elle est partout celle-là. Mais en tous cas, un vrai marché de Noël, c'est magique. L'Avent dans son ensemble est magique dans ces pays.

Au risque de m'enfoncer dans ma Pernaudisation, la principale différence que je vois entre Noël ici et là-bas réside dans le fait que nos cousins les Germains (hinhin) donnent un vrai sens à Noël. Car ici aussi, on commence à sentir que Noël arrive : les pubs pour figurines Batman et jeux de société débiles se multiplient. Il va y avoir sous peu des dizaines de faux Pères Noël bedonnant et rougeauds hantant les rues. Les promotions sur le foie gras vont également fleurir. Je trouve qu'on a complètement perdu la magie de Noël et de son sens originel, perdu dans une frénésie d'achats compulsifs frisant l'hystérie collective... Je déteste Noël en France, je l'adore en Allemagne.

Même si pour moi l'aspect religieux est important, ce n'est même pas ça le principal. L'Avent est dans toutes les familles outre-rhin (enfin celles que je connais...), même les plus férocement athées, un véritable moment de partage en famille, l'occasion de se retrouver. L'année dernière à Berlin, la pause déjeuner de tous les lundis à partir de mi-novembre étaient dédiées aux concours de gâteau : chacun apportait les Plätzchen préparés selon une recette familiale centenaire et immuable (chaque grand-mère ayant bien évidemment LA seule et unique recette véritable, la meilleure) et il fallait tous les goûter pour décerner la palmes des meilleures Zimtsterne, Anisplätzchen, ou Vanillekipferl. Les 4 bougies de l'Adventskranz, la préparation des petits gâteaux traditionnels pendant un mois, les calendriers de l'Avent, tout ça participe à une ambiance qui me manque déjà.

En même temps, rien ne m'empêche de transplanter ces traditions au coeur de Paris, mais ce qui en fait la vraie magie est le partage, la communauté. Et puis faire à moi toute seule un marché de Noël, ça va être difficile. En revanche, je suis bien décidée à m'acheter une couronne de l'Avent avec 4 bougies (ça se trouve en France ???), à m'acheter mon premier sapin de Noël et le décorer avec des décorations choisies par moi-même, et à faire quelques fournées de Weihnachtsgebäck. Bienvenue au Sophienchristkindlmarkt !

2 commentaires:

Anna (Weihnachtswichtel) a dit…

Bien qu'effectivement tôtive la réflexion sur le Noël allemand est intéressante. En général je te donne entièrement d'accord, en remarquant toutefois qu'apparemment c'est encore 100x plus beau et gemütlich en Norvège et Suède, m'bon.

Sinon pour les détails:
-un Adventskranz se prépare à la maison, c'est nul d'aller l'acheter qqpart!
-oh oui, les Plätzchen! Trop bon, tu veux des récettes de grand-mère magiques?
-Ma mère m'envoie tous les ans un Adventskalendar là où je me trouve cette année-là, et pour la durée d'un mois j'aime me lever le matin.
-Pour la déco: les Allemands ont aussi moins la facheuse habitude de ne prendre que des lumières en toutes les couleurs et quien plus clignotent (l'horreur!), surtout sur le sapin, le pauvre.
-Par contre le sapin n'est normalement dressé que le 24 décembre, alors ca c'est quand même plus sympa en France.
Et last but not least:
-Le marché de Noël de Dunkerque est exceptionnellement joli, qu'avec des produits artisanales et originaux. Puis-je te séduire ainsi? ...

Mademoiselle Coco a dit…

Herzlichen Dank für diese Angaben liebes Nordkind ! Quelques objections toutefois :
- c'est sans doute nul d'acheter son Adventskranz mais le préparer chez soi est un exercice extrêmement périlleux quand on ne l'a jamais vu faire depuis 22 Noël par des parents aimant... Bon, ok, j'essaierai quand même.
- Je prends toutes tes recettes (même si celles du Sud sont meilleurs évidemment hinhinhinhin *pas taper*). En fait, je suis très Zimtsterne et Vanillekipferl...
- jedes Jahr habe ich vor, meiner Schwester einen Adventskalender zu schicken, und jedes Jahr kommt mir die Idee zu spät (wieder) auf... denn ich habe keine Lust einen normalen einfachen Kalender zu kaufen. Ich will es SELBSTMACHEN : nähen, besticken, füllen usw. Nächstes Jahr vielleicht !
- les Allemands ont aussi la délicieuse habitude d'avoir souvent des décorations de Noël nettement plus sobres que nous. J'adore les sapins décorés juste avec quelques Tannenschmucke en bois et des Strohsterne, et pas ces horribles guirlandes flashy qui ressemblent à un justaucorps de Madonna !!!
- je suis d'accord avec toi que le sapin décoré avant le 24, c'est nettement mieux. Autant j'adore le sapin décoré avant Noël, autant je déteste le voir traîner pendant des semaines après le 24... Das hat doch keinen Sinn mehr nach dem Feiern !
- Last but not least... j'y pense avec beaucoup de sérieux ;-)